Le Blog Finance

France et FAO redoutent des émeutes de la faim

emeute-de-la-faim-en-Algerie.jpgLe risque se précise. Si déjà, en janvier dernier, le ministre français de l’Agriculture avait laissé entendre que la France pourrait limiter ses exportations de blé, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) annonçant parallèlement que les prix alimentaires mondiaux avaient atteint un nouveau record en décembre, l’Etat français et le FAO ont lancé vendredi à Rome une mise en garde contre des “risques d’émeutes” à travers le monde.

Les raisons d’une telle situation ? la hausse des prix des produits alimentaires, elle-même induite par les aléas climatiques et la spéculation.

Il existe un risque réel d’émeute de la faim,” a ainsi déclaré le ministre français de l’Agriculture Bruno Le Maire au cours d’une conférence de presse conjointe avec Jacques Diouf, directeur général de la FAO.

Jeudi, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture avait pour sa part annoncé que les prix alimentaires avaient atteint un niveau historique en janvier … et que le phénomène risquait de prendre encore de l’ampleur, augmentant de manière dangereuse les risques de troubles dans les pays pauvres.

Les prix ont en effet progressé de 3,4% par rapport à décembre 2010, atteignant désormais 231 points sur l’indice établi par la FAO, soit “le plus haut niveau” depuis que l’Organisation a instauré cette mesure en 1990.

Rappelons qu’en 2007 et 2008, des “émeutes de la faim” avaient éclaté dans de nombreux pays africains, ainsi qu’en Haïti et aux Philippines, une situation du principalement à la flambée des cours des céréales, lesquels avaient atteint à cette date des niveaux historiques.

Durant toute l’année 2008, l’ensemble des prix alimentaires avait atteint 200 points sur l’indice de la FAO, un record battu pour la première fois en octobre 2010 avec 205 points.

Parmi les facteurs principaux d’une telle flambée des prix : les aléas climatiques, dame nature s’étant beaucoup agitée ces derniers mois.

Rappelons qu’une sécheresse sans précédent a frappé la Russie durant l’été 2010, contraignant cette dernière à suspendre ses exportations de céréales. La sécheresse sévissant en Argentine a également fortement inquiété les marchés.

Les inondations dans le Queensland, en Australie se sont également faire ressentir sur les prix, la situation menaçant plus particulièrement les marchés asiatiques. Inde, Bangladesh et Japon pouvant être les premiers impactés.

 A la mi-janvier, dans un entretien accordé au journal Les Echos, Olivier de Schutter, le rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations unis, s’est montré on ne peut plus clair. Selon lui, « nous vivons aujourd’hui le début d’une crise alimentaire similaire » à celle vécue il y a trois ans.

Si l’on en croit ses propos, « 80 pays dans le monde sont en situation de déficit alimentaire » . Parmi les pays les plus menacés citons le Sahel, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad, ces contrées dépendant des importations de blé pour s’alimenter. « Une hausse continue des prix peut être très dangereuse pour ces pays » a ainsi mis en garde Olivier de Schutter. Mais la progression la plus forte des prix des produits alimentaires est observée dans les pays émergents où le pouvoir d’achat a augmenté – tels que la Chine – le contexte économique dopant la demande intérieure.

Jean-Denis Crola, le responsable Alimentation et Agriculture de Oxfam France, s’inquiète également. Selon lui, « les émeutes de 2008 peuvent se reproduire car localement, les importateurs ont augmenté leurs prix très rapidement. Et la facture alimentaire des populations pauvres constitue le gros de leur budget ».

Sécheresses  et inondations ont fortement réduit l’offre des céréales présentes sur le marché; tant et si “bien” que les pays producteurs se voient contraints de limiter leurs exportations pour pourvoir répondre à la demande interne.

En janvier dernier, le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a ainsi laissé entendre que la France pourrait prochainement mettre en oeuvre des mesures de limitation des exportations de blé. But affiché : maintenir un niveau de stocks adéquat dans l’Hexagone dans l’hypothèse où les ventes de céréales des pays étrangers continuaient à chuter.

Pour étayer ses propos, Bruno Le Maire a par ailleurs rappelé qu’en juillet dernier, suite à l’arrêt des exportations de blé russes  consécutif à une sécheresse sans précédent, les prix du blé avaient doublé en trois semaines.

En septembre dernier, alors que les incendies reprenaient de plus belle en Russie, le Premier ministre Vladimir Poutine, avait annoncé que l’embargo russe sur les exportations de céréales ne serait pas levé avant la récolte 2011.

Rappelons que de telles mesures avaient été prises à l’été 2010 par le gouvernement, la canicule ayant eu un impact non négligeable sur la production agricole russe.  Le 5 août, Moscou avait ainsi annoncé la suspension temporaire à partir du 15 août des exportations de céréales et des produits agricoles. Des propos qui avaient alors provoqué une véritable flambée des cours du blé sur les marchés internationaux, lesquels avaient d’ores et déjà atteints des niveaux records en raison des inquiétudes sur les récoltes.

A la mi-août, le gouvernement russe avait abaissé à 60-65 millions de tonnes sa prévision de récolte de céréales pour 2010, contre 95 millions de tonnes initialement.

C’est dans un tel contexte que le Bruno Le Maire s’était également montré favorable à un «encadrement et une limitation de la spéculation  » sur les matières premières agricoles, appelant également à une meilleure coordination entre Etats. «La question de la volatilité des prix agricoles, n’est pas accessoire, c’est un sujet qui nous concerne tous», avait alors ajouté le ministre.

Selon lui une flambée des cours du blé serait à la fois dramatique pour les éleveurs, la céréale faisant partie intégrante de l’alimentation animale et des rations fournies au bétail; une situation conduisant à une «augmentation du prix de la viande» pour les consommateurs.

Enfin, le ministre n’avait pas écarté l’éventualité de l’émergence d’émeutes de la faim dans le cas où la flambée des matières premières agricoles empêcheraient certains pays de s’approvisionner.

Sources : AFP, FAO, RFI, Les Echos

A lire également :

. FAO : record des prix alimentaires en décembre, vers une autre crise ?

. Blé : la France pourrait limiter ses exportations

. L’USDA revoit à la baisse la production mondiale de maïs

Partager cet article

Article de

27 commentaires

  1. Dadounet 7 février 2011 à 16:04

    La Suisse aussi fait partie des pays incapables de nourrir leur population… Merci

  2. Sylba 7 février 2011 à 23:33
  3. Fredrick 26 janvier 2019 à 04:42

    Now it’s time to pick your specific investments.

  4. brazil flag icon 26 janvier 2019 à 05:53

    It’s an amazing paragraph for all the internet visitors;
    they will take benefit from it I am sure.

  5. Huey 26 janvier 2019 à 07:43

    Now it’s time to decide your specific investments.

  6. Carmela 26 janvier 2019 à 09:57

    Think about investments that provide fast annuities.

  7. Geraldo 26 janvier 2019 à 12:49

    Traders do pay direct and oblique prices.

  8. Gordon 26 janvier 2019 à 18:07

    Hi, I do think this is an excellent blog. I stumbledupon it ;) I’m going to return yet again since i have saved as a favorite
    it. Money and freedom is the greatest way to change, may you be rich and
    continue to help other people.

  9. Minerva 27 janvier 2019 à 03:49

    It’s in fact very difficult in this full of activity life to
    listen news on Television, thus I only use world wide
    web for that purpose, and take the most recent news.

  10. Cedric 27 janvier 2019 à 14:11

    This is true for investment advice as nicely.

  11. brazil nuts selenium 27 janvier 2019 à 17:52

    bookmarked!!, I really like your website!

  12. Jamika 27 janvier 2019 à 18:04

    Monetary advisors business is people business.

  13. Tanja 27 janvier 2019 à 19:15

    A monetary advisor is your planning associate.

  14. Maximo 27 janvier 2019 à 23:29

    Woah! I’m really loving the template/theme of this blog.

    It’s simple, yet effective. A lot of times it’s difficult to get that “perfect balance” between superb usability and visual appearance.
    I must say you have done a superb job with this.

    Additionally, the blog loads super fast for me on Chrome.

    Exceptional Blog!

  15. Adalberto 7 février 2019 à 00:27

    Now it’s time to decide your specific investments.

  16. Jermaine 8 février 2019 à 05:30

    Financial advisors business is folks business.

  17. Alda 8 février 2019 à 07:59

    Buyers do pay direct and indirect prices.

  18. Arnoldo 9 février 2019 à 03:40

    Thank you to your interest in Funding Recommendation.

  19. Philip 9 février 2019 à 04:20

    A financial advisor is your planning partner.

  20. Bryant 10 février 2019 à 15:03

    Traders do pay direct and indirect prices.

  21. Tim 11 février 2019 à 09:51

    Now it’s time to choose your particular investments.

  22. Rubye 15 février 2019 à 01:47

    Schwab Intelligent Portfolios invests in Schwab ETFs.

  23. Kami 15 février 2019 à 02:56

    And that is an funding threat value taking.

  24. Stephan 18 février 2019 à 01:21

    Think about investments that offer immediate annuities.