Le Blog Finance

La flambée des céréales interrompue par la Libye

Elisabeth Studer Actualités, Agriculture, Economie, Matières premières Commentaires fermés

wheat-ble99.jpgEffet inattendu de la crise libyenne. Alors que début février, les cours du blé, du maïs et du soja avaient atteint à Chicago des niveaux inégalés depuis août 2008, à la suite de la sécheresse qui avait frappé la Russie, les inquiétudes des marchés face à l’escalade des tensions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et tout particulièrement en Libye,  ont eu « raison » de l’envolée des prix.

Mardi, à la suite d’un jour férié aux Etats-Unis, les cours agricoles avaient effectué un plongeon vertigineux, les marchés réagissant alors à la situation chaotique de la Libye, pays où les mouvements d’insurrection sont réprimés de manière sanglante.

Le blé a été particulièrement touché, les pays de la région touchés par un vent de révolte sans précédent important de fortes quantité de cette céréale. Les marchés redoutent en effet que leurs achats diminuent fortement compte-tenu de leur situation économique actuelle.

Les analystes redoutent également que la flambée des cours de brut observée parallèlement n’ait un impact négatif de tout premier plan sur l’économie mondiale, contexte de nature à ralentir la consommation de matières premières.

Certains experts estiment également que la baisse observée sur les marchés agricoles pourrait être consécutive à un report massif des investissements sur les marchés pétroliers, devenus nettement plus attractifs, alors que le monde s’inquiète d’une éventuelle pénurie.

Reste tout de même que l’offre demeure limitée par rapport à la demande si l’on en croit le département américain de l’Agriculture. Ce dernier a confirmé cette semaine ses prévisions pour la prochaine campagne agricole : selon lui, si l’on devrait certes observer une augmentation des surfaces cultivées, notamment pour le maïs, les volumes produits devraient à peine suffire à compenser la forte demande, compte-tenu des faibles stocks disponibles.

Au final, vendredi, vers 16H00 GMT, le boisseau de maïs à échéance en mai s’établissait à 7,1625 dollars sur le Chicago Board of Trade, contre 7,2025 dollars vendredi dernier.

Le contrat de blé à échéance identique s’échangeait à 8,0450 dollars, contre 8,5575 dollars la semaine précédente.

Le boisseau de soja pour livraison en mai valait quant à lui13,46 dollars, contre 13,7350 dollars vendredi dernier.

Partager cet article

Article de

Les commentaires sont fermés