Le Blog Finance

La confiance des ménages recule toujours en janvier 2011

Miniature de l'image pour logo_inseebis.jpg 

L’INSEE vient de publier son indice sur la confiance des ménages pour le mois de janvier 2011. Il perd un point par rapport à décembre 2010 pour s’établir à 85 points, bien loin de sa moyenne établie sur la période 1987-2010, qui est de 100 points. La France est toujours dépressive en ce début d’année, ce n’est pas une vraie surprise, n’est-ce pas ?

La dégradation se manifeste principalement sur la situation financière personnelle des ménages, aussi bien l’évolution passée (indicateur à -25, perdant 1 point) que les perspectives d’évolution (indicateur à – 19, perdant 2 points). La crise n’est pas finie, qui oserait dire le contraire maintenant ?

La capacité d’épargne reste stable, qu’elle soit actuelle (indicateur à +15) et future (indicateur à -10). Logiquement donc, l’opportunité de faire des achats importants se dégrade de 2 points, avec un indicateur à -23 points.

 

Pas étonnant que la perception du niveau de vie en France plonge vers des abîmes de désespoir : pour l’évolution passée, l’indicateur est à… -71 points (-1 point), et pour les perspectives d’évolution à -49 points (perte de -2 points).

Concernant le chômage, l’avenir reste sombre : les ménages anticipent une nouvelle augmentation du nombre des demandeurs d’emploi, avec un indicateur à +46 points, en augmentation de +2 points, inversant malheureusement une tendance qui se manifestait depuis la fin de la crise financière de 2008 :

ins_indic_chom11.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant à l’inflation, elle est ressentie en forte augmentation, avec raison d’ailleurs : l’indicateur de l’évolution passée des prix gagne 10 points (!) en un mois, alors que l’inflation prévue dans le futur gagne + 3 points.


Situation financière qui se dégrade, perspectives de chômage qui augmente et inflation forte de retour : pas étonnant que les Français forment la nation la plus pessimiste sur son avenir. Un véritable casse tête à résoudre très rapidement pour nos politiques : la campagne pour les présidentielles de 2012 risque fort de démarrer plus rapidement que prévu, sous la pression d’une opinion publique qui ne comprend plus pourquoi sa situation s’est autant dégradée en si peu de temps. Les discours de compassion et les promesses de lendemains meilleurs seront-ils efficaces pour éviter une crise sociale majeure dans l’hexagone ? 

 

A consulter en complément : la publication complète de l’INSEE

Partager cet article

Article de

1 commentaire

  1. BA 30 janvier 2011 à 09:53

    A propos de la situation sociale de la France :
    Cat