Le Blog Finance

Grèce : pas de crise pour le secteur immobilier … en 2010

real-estate-greece1.jpgIronie du sort, alors que l’Espagne est actuellement sur la sellette, compte-tenu de la crise immobilière qui la frappe de plein fouet depuis quelques mois, le secteur immobilier grec ne semble pas si mal se porter que cela.

Une démonstration par l’absurde en quelque sorte … laissant paraître que la corruption a peut-être plus d’influence sur les finances publiques de la Grèce que la situation économique réelle du pays.

Certains observateurs peuvent même se trouver surpris du nombre de saisies immobilières. Lequel a peu progressé même si le taux de défaillances des prêts immobiliers a nettement augmenté passant de 5% en 2008 et à 9% en 2010.

Précisons à cet égard que la Grèce est dotée d’un des plus forts taux de propriétaires (80% contre 70% en moyenne pour l’UE et 57% pour la France).

Les analystes estiment pour leur part que l’immobilier est un élément clé de l’épargne et de la transmission en Grèce. Mieux encore, pour les Grecs il n’est pas logique de vendre son bien immobilier pour rendre solvables d’autres besoins de consommation. La priorité étant donnée à l’acquisition d’un patrimoine destiné à être transmis à ses enfants.

Contrairement aux Etats-Unis, le processus de saisie des banques est relativement long, offrant la possibilité au débiteur de trouver de l’argent auprès de sa famille ou ses amis pour rembourser.

Un contexte qui a permis au final d’afficher qu’une baisse des prix de seulement 4% entre 2008 et 2009.

A noter tout de même que quelque 120.000 logements chercheraient encore acquéreurs (résidences secondaires inclues). Selon les estimations – aucune statistique fiable n’étant publiée sur le sujet – le nombre de transactions immobilières a fortement chuté, baissant d’environ 120.000 par an à 45.000.

Toutefois, 2011 pourrait s’annoncer beaucoup plus sombre, les professionnels du secteur s’inquiétant des nouvelles mesures qui pourraient être mises en oeuvre par l’Etat grec. Lequel a clairement affiché sa volonté de taxer les nombreuses constructions illégales en échange d’une amnistie fiscale. Une « solution » qui pourrait permettre de récupérer 1,3 milliard d’euros de taxes auprès des propriétaires.

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. Elisabeth S. 29 novembre 2010 à 22:47

    Illegal construction booming 2009-04-16
    Inefficient town planning services, excessive bureaucracy and selective enforcement of existing laws have resulted in 2.5 million illegally built structures across the country and countless more buildings that have been illegally modified, according to research by Kathimerini.
    Of some 25 million buildings in Greece, 10 percent are totally illegal, while 90 percent of the remainder have been extended or embellished in some way that is also unlawful. In many cases, owners with permits for private homes build nightclubs or other businesses. With one such building in the coastal resort of Voula, town planning officials carried out inspections in 2004 and the owner was handed a hefty fine. But no action was subsequently taken to demolish the building and the business is still operating.
    According to reports compiled by public administration inspectors, the country

  2. Prestigimmo 2 décembre 2010 à 15:27

    Peu importe les crises, il y aura toujours des niches qui seront épargnées

Commenter cet article