Le Blog Finance

Affaire de Karachi : la société Heine au coeur du montage financier ?

7636-gang-land-pc.jpgParmi une des multiples facettes de l’affaire de Karachi, attardons-nous sur l’aspect financier des choses par son essence même : le rôle joué par la société luxembourgeoise Heine dans d’éventuelles « pratiques » mises en oeuvre pour assurer des rétro-commissions dans le but de financer partis politiques et campagnes électorales …

Dans un rapport de synthèse établi par la police luxembourgeoise, les enquêteurs – agissant dans le cadre d’une commission rogatoire internationale délivrée par deux juges parisiens – estiment que plus de 76 millions d’euros ont transité entre 1994 et 2004 entre DCN International, émanation de l’entreprise d’Etat DCN (aujourd’hui DCNS), et Heine SA.

Créée en 1994 au Luxembourg, avec l’aval de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget d’Edouard Balladur, cette société était utilisée par DCNI en vue notamment de régler des commissions à des intermédiaires dans le cadre de ventes d’armes à l’étranger. Parmi eux : l’homme d’affaires d’origine libanaise Ziad Takieddine, soupçonné d’être impliqué dans la vente de sous-marins Agosta par la France au Pakistan en 1994.

Les enquêteurs – luxembourgeois – estiment que “le bénéficiaire économique de ces deux sociétés est l’Etat français“, ajoutant qu’après avoir transité par le Luxembourg, les sommes de 76 millions d’euros ont pris le chemin de comptes offshore, notamment à l’Ile de Man.

Vu les montants en jeu, le rapport exclut que cet argent ait pu rémunérer des services de consultants.

Il ne s’agissait de rien d’autre que de corruption par l’intermédiaire d’une société luxembourgeoise faisant écran, de la part d’une entreprise française, DCNI, vers les pays où elle convoitait les marchés“, peut-on lire dans le rapport.

Des documents saisis au Luxembourg au siège de Heine SA, datés de septembre 2000, font état de la prochaine entrée en vigueur en France, à la même date, de la convention de l’OCDE sur la corruption de fonctionnaire étrangers. Rappelons en effet que depuis le 29 septembre 2000, la loi interdit aux sociétés françaises de verser des commissions à des agents publics étrangers pour les inciter à signer des contrats, de telles pratiques étant dorénavant assimilées à de la corruption.

Le rapport de synthèse de la police luxembourgeoise, daté du 19 janvier 2010 fait également état du rôle central de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget et bientôt chef de campagne d’

Partager cet article

Article de

12 commentaires

  1. BA 20 novembre 2010 à 22:23

    Attention, chef d’oeuvre.
    Le plus grand scandale de l’histoire de la République implique deux présidents de la République (Chirac, Sarkozy) et deux anciens premiers ministres (Balladur, Villepin).
    Pour comprendre le scandale de l’attentat de Karachi, une vidéo de 18 minutes est à voir absolument :
    http://www.dailymotion.com/video/xfot27_sarkozy-poursuivi-par-l-affaire-de-karachi_news#from=embed

  2. Elisabeth 21 novembre 2010 à 11:49

    affaire liée également aux frégates de Taiwan et Clearstream …. un mélange explosif !!!

  3. Elisabeth Studer 21 novembre 2010 à 17:27

    21/11/2010 08:24
    PARIS (AFP) – Karachi: les déclarations de Sarkozy sonnent “comme un aveu” selon la fille d’une victime
    L’engagement du président Nicolas Sarkozy de remettre à la justice tous les documents relatifs à l’attentat de Karachi “sonnent comme un aveu, selon Magali Drouet, fille d’un salarié de la Direction des constructions navales (DCN) décédé lors de l’attentat.
    Réagissant aux déclarations de M. Sarkozy qui a promis samedi à Lisbonne que l’Etat communiquerait “naturellement” tous les documents sur ce dossier, Magali Drouet assure que “cela sonne comme un aveu”, dans un entretien publié dimanche par le Parisien/Aujourd’hui en France.
    Le président “reconnaît qu’il existe des documents intéressant l’instruction qui n’ont pas encore été transmis”, précise-t-elle. “En expliquant qu’il les donnerait +en temps et heure+, il ignore cette séparation des pouvoirs qu’il nous opposait avant pour ne pas s’exprimer sur le dossier”, ajoute la jeune femme. Mais “ce n’est pas à lui de décider”, souligne-t-elle. “Nous exigeons qu’ils transmettent ces documents le plus vite possible”.
    Magali Drouet, qui a signé avec une autre fille de victime, Sandrine Leclerc, un livre intitulé “On nous appelle +les Karachi+”, estime aussi qu’”on sent de la panique au plus haut niveau de l’Etat”, après les déclarations de Dominique de Villepin, à l’époque secrétaire général de l’Elysée, se disant prêt à parler avec la justice.
    “On sent de la panique au plus haut niveau de l’Etat et on ne peut que se réjouir que M. de Villepin sollicite une audition du juge”, déclare la fille de Claude Drouet, chef d’équipe de la DCN, tué le 8 mai 2002 dans un attentat à Karachi. Selon Magali Drouet, “nos pères ne sont pas +morts pour la France+ mais +à cause de la France+”, probablement parce que la France avait cessé de verser des commissions promises aux intermédiaires.
    Le quotidien révèle en outre la disparition d’”environ 110.000 euros récoltés au lendemain du drame par l’association d’aide aux familles des victimes de l’attentat de Karachi” qui se sont “mystérieusement volatilisés”.
    Seulement 15.000 euros, sur un total de 123.000 euros de dons recueillis, ont été effectivement reversés aux familles des victimes, selon la même source.

  4. sarko pipo 21 novembre 2010 à 19:08

    Bravo BA pour la vidéo qui explique bien le problème.
    Une hypothèse qui semble évidente est que Balladur et Sarko pour financer la campagne électorale de 95 ont vendu du matos militaire mais juste pour avoir les retro commissions. Comme ces deux là ne doute de rien, (rappelons nous l’arrogance de Balladur) Ils n’imaginaient pas perdre et donc quand chichi à été élu il leur a coupé les vivres… (quelque part c’est bien fait…) seulement chichi n’y a pas été en finesse et ça c’est bien évidemment une seconde faute.
    Je voudrais bien savoir avec quel argent la campagne de Balladur à finalement été payée. Et aussi quand est ce que ces voyous à la tête de l’état seront condamnés pour trahison envers la nation. Car c’est la seule chose qu’ils méritent.
    Juppé dit qu’il n’y a aucune preuve entre le non paiement des commissions et l’attentat. Certes, mais une chose qui est sur c’est que maintenant Juppé est au gouvernement comme d’autres chiraquiens… et qu’on ne critique pas quand on vient de rentrer depuis 1 semaine à peine…
    Ce type là … sarko, sait il faire autre chose que des magouilles ?

  5. Elisabeth Studer 21 novembre 2010 à 19:14

    Comme je l’indiquais au moment même de l’annonce du choix de Juppé, son “recrutement” par Sarkozy est directement lié à Karachi, mais je pense que c’est plutot Juppe qui tient Sarko … que l’inverse
    Pas un hasard si l’affaire rebondit juste après le remaniement .

  6. sarko pipo 21 novembre 2010 à 19:42

    Oui peut être bien.
    je te tiens tu me tiens par la barbichette…
    Avez vous remarqué (oui surement) qu’avec les lettres de KARACHI, on fait
    CHI RA K en verlan
    Excellent

  7. Elisabeth Studer 21 novembre 2010 à 19:47

    a non pas encore ! :-)
    , ici à Toulouse, on note “juste” que le contrat Agosta a été signe le 21 septembre 1994 …
    en voulant croire à une simple coincidence, la catastrophe dite AZF – survenue le 21/09/2001 – étant assez complexe à décortiquer comme cela.
    reste toutefois que des sous marins nucléaires transportent des missiles, et que des missiles ont besoin de carburant … lesquels sont produits en majeure partie par la SNPE … separée de l’usine AZF pas la Garonne uniquement.
    carburant : UDMH

  8. Elisabeth Studer 21 novembre 2010 à 19:55

    cf.
    http://www.naval-technology.com/projects/agosta/agosta6.html
    SSK Agosta 90B Class Attack Submarine, France
    Exocet SM 39 sub-launched anti-ship missile.

  9. elisabeth 23 novembre 2010 à 09:54

    Pakistan Launches Agosta submarine
    UPI(by way of Washington Times) | August 24, 2002 | Aamir Shah
    August 24, 2002
    Pakistan launches Agosta submarine By Aamir Shah UNITED PRESS INTERNATIONAL
    ISLAMABAD, Pakistan, Aug. 24 (UPI) — Pakistan on Saturday launched its first submarine built in the country, an Agosta 90B Class attack submarine, manufactured in its naval facility with French assistance and now heading out to sea for six months of field trials.
    “Today Pakistan joins the elite club of a very few countries that have the ability to construct submarines,” Adm. Abdul Aziz Mirza said in Pakistan’s port city of Karachi. Mirza, who is Pakistan’s chief of naval staff, also paid tribute to the 11 French technicians who were killed in a suicide attack launched by Islamic militants in Karachi on May 8. “Though this incident could have inflicted irrevocable damage, the project remained on track thanks to the excellent cooperation between France and Pakistan,” he said. “This is a message to those who committed the cowardly act of terrorism that such incidents will not deter or dissuade the two countries from achieving the common desired objectives.” Pakistan has named the submarine — the eighth in its fleet — S/M Saad after Saad Bin Waqas, a famous warrior who captured Iran in the early days of Islam. It is the second of three submarines ordered in an agreement with France, under which Pakistan purchased one built in France and is constructing the other two itself with guidance by French experts. Mirza on Saturday also directed that one section of the naval facility responsible for building the Agosta be named Cherbourg Hall, after the city in France where the 11 technicians were based. The naval chief described the launching of the Agosta as a momentous event, one that will go down in history as one of the Pakistani navy’s biggest achievements and contribution toward indigenization and self-reliance. It conveys a decided edge over Pakistan’s rival India, he added. Construction of the second Agosta-90B started in 1998. The first was built under the same contract with DCN International of France at DCN Cherbourg, France. It was commissioned as PNS/M Khalid in September 1999 and is operating successfully. DCN and the French navy designed the Agosta 90B to operate as an anti-submarine, anti-surface vehicle to gather intelligence as well as to patrol the sea. It is equipped with four bow torpedo tubes and is also capable of diving deeper than 300 meters (325 yards) with a maximum sprint speed of 20 kilo knots.
    With its 36-man crew, Agosta can carry and fire up to a total of 16 ECAN F17 Mod 2 torpedoes and Exocet SM39 missiles. The torpedoes are a wire-guided design that can deliver a warhead down to almost 2,000 feet below the water’s surface; the missiles, a sea-skimming airborne warhead that can hit targets up to 30 miles away at just below the speed of sound, which is about 750 miles per hour.
    Mirza, noting Pakistan’s gratitude to the French, termed Saad’s launch an important event for both countries. “For France it has opened new markets in submarine construction,” he said, “whereas for Pakistan it is a major step towards gaining the confidence and expertise in undertaking construction of modern-day ships and submarines indigenously.” He added, “I am confident that the cooperation between France and Pakistan will continue to grow further.” As part of their agreement, DCN gave license to Pakistan to build and sell more Agosta submarines. Currently, the Spanish as well as French and Pakistani navies sail the sub. The naval chief also announced that Pakistan and China are expected to sign a contract shortly for the construction of four surface naval ships F22-Babr of 2500 tons, with first constructed in China and remaining three at Naval Dockyard Karachi. He said government approved this priority project, under which Chinese technology would also be transferred to Pakistan navy.

  10. elisabeth 23 novembre 2010 à 10:10

    Karachi : de mystérieuses notes saisies au ministère du Budget
    ELISABETH FLEURY | 23.11.2010, 07h00 Le parisien
    L

  11. Elisabeth 23 décembre 2010 à 12:27

    23.12.2010 | 12:06
    Affaire Karachi : l’Elys

Commenter cet article

Cliquez ici pour annuler la réponse.