Le Blog Finance

Autoroutes Paris-Rhin-Rhône : reprise de cotation mardi

Eiffage_APRR.jpgAprès avoir été suspendu vendredi suite à l’offre de retrait de ses principaux actionnaires, la société APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhône) va reprendre sa cotation mardi. C’est en effet ce qu’a annoncé lundi l’opérateur de la Bourse de Paris, Nyse Euronext.

Le 30 juillet dernier, le groupe de BTP Eiffage et la banque d’affaires australienne Macquarie avaient déposé un projet d’offre publique de retrait en vue de racheter les actions d’APRR dont ils n’étaient pas encore propriétaires.

Selon le calendrier indicatif, l’offre publique de retrait pourrait démarrer le 10 septembre prochain au prix de 54,16 euros par action, et s’achever le 23 septembre.

Mi-juin, les deux groupes avaient d’ores et déjà fait part de leur intention de racheter le solde du capital et de retirer APRR de la cote. L’annonce faisant suite au rachat d’un important paquet d’actions par les deux protagonistes. Depuis la finalisation de cette opération, leur filiale commune Eiffarie détient 96,04% du capital.

La transaction met un terme à l’opposition entre Eiffage et Macquarie sur les modalités du refinancement d’Eiffarie et revalorise significativement l’action Eiffage.

Mais cette annonce suscite la colère du député socialiste Arnaud Montebourg, administrateur d’APRR en tant que président du conseil général de Saône-et-Loire. Ce dernier étant un actionnaire historique d’APRR avec 0,025% du capital.

L’élu a alors saisi l’Autorité des marchés financiers d’une demande de contrôle approfondi des conditions de l’offre.

S’exprimant en tant que président du conseil général, Arnaud Montebourg a déclaré contester “la légitimité, le principe et la légalité” d’une sortie de la cote d’APRR.

Selon lui, si Eiffage et Macquarie étaient autorisés à mener leur projet à bien “la privatisation de cette société d’autoroutes serait intégrale et il n’y aurait plus aucune collectivité publique indépendante pour veiller au respect de l’intérêt général“, a-t-il dénoncé. “Ce serait la porte ouverte à tous les abus, notamment en ce qui concerne les tarifs des péages“, a-t-il ajouté.

Lundi, l’AMF  – le gendarme de la Bourse – a indiqué qu’elle procédait actuellement “à l’examen du projet“. Sa décision fera l’objet d’une publication “dans les conditions habituelles” a-t-elle tenu à préciser.

Rappelons  que l’acquisition d’Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APPR) a permis au groupe Eiffage de devenir le numéro deux français et numéro trois européen des concessions autoroutières, tout en rééquilibrant son portefeuille vers des activités moins sensibles à la conjoncture.

Sources : Reuters, AFP, Challenges, AOF

Partager cet article

Article de

4 commentaires

  1. Elisabeth Studer 2 août 2010 à 21:48

    Précisions concernant position de Montebourg :
    Arnaud Montebourg a egalement menacé de porter le dossier devant la justice si l’AMF ne lui donnait pas gain de cause.
    “Il (Arnaud Montebourg) se réserve en outre la possibilité de demander à la justice la nullité de l’opération de retrait et du dernier conseil d’administration de la société APRR, l’information des administrateurs n’ayant pas été complète”, a-t-il fait savoir.
    Sources : Reuters

  2. trembly 6 octobre 2010 à 17:52

    Je vous invite à vous rendre sur ce site vraiment très intréssant, on y trouve la liste complète de toutes les maisons en reprise de finance actuellement:
    reponses. qctop. com/ maison-reprise-dea-banques. html

  3. cheneau marie helene 6 octobre 2010 à 19:37

    suis je obligée de vendre mes action p.r.r. comme me le demande ma banque le c.i.n.

  4. Elisabeth Studer 7 octobre 2010 à 23:00

    Autoroutes : la cour d’appel de Paris bloque la sortie de la Bourse d’APRR
    AFP | 07.10.10 | 19h10
    La cour d’appel de Paris a bloqué jeudi le retrait des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) de la Bourse, suite à un recours déposé mi-septembre par le président PS du conseil général de Saône-et-Loire, Arnaud Montebourg, a-t-on appris auprès du département.
    “La cour d’appel ordonne le sursis à exécution de la décision de l’Autorité des marchés financiers (AMF) concernant l’offre publique de retrait de la société APRR, obligeant la société d’autoroutes à suspendre le transfert des titres jusqu’à la décision au fond”, indique le conseil général de Saône-et-Loire dans un communiqué.
    Le département, actionnaire historique de la société d’autoroutes, conteste la décision de l’AMF qui a validé, le 8 septembre, l’offre publique de retrait (OPR) engagée par APRR.
    Le groupe français de BTP Eiffage et la banque australienne Macquarie, qui possèdent 96,04% du capital des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône depuis fin juin via leur filiale commune Eiffarie, avaient annoncé fin juillet le prochain retrait d’APRR de la Bourse de Paris afin de porter leur participation à 100%.
    Comme le peuvent tous les actionnaires d’une entreprise à plus de 95%, ils ont lancé en septembre une OPR, invitant les autres actionnaires à céder leurs titres. L’OPR aurait dû être suivie par un retrait obligatoire, qui consiste à acheter de force les titres encore en circulation.
    Le député Arnaud Montebourg, agissant en tant que président du conseil général de Saône-et-Loire et administrateur d’APRR dont son département détient 0,025% du capital, avait saisi sans succès l’AMF dune demande de contrôle approfondi des conditions dans lesquelles est menée l’OPR.
    Le département a ensuite saisi le 17 septembre la justice pour demander “la suspension de la décision de l’AMF et l’annulation de l’offre de retrait”.
    La décision de la cour d’appel de Paris est valable jusqu’à ce qu’elle “statue sur la demande d’annulation de loffre publique formulée par le département”, conclut le communiqué du conseil général de Saône-et-Loire.
    tup/hdz/ei