Le Blog Finance

Clôture CAC 11/06/10 : 3556 (+1.11%)

CAC-110610.png

C’est une victoire importante que les acheteurs ont remporté aujourd’hui, qui les positionne de façon favorable pour la suite de la compétition. Menant rapidement au score, avec une main mise sur le jeu et un positionnement au delà de la ligne défensive rose, ils ont géré tranquillement leur avance de 1% jusqu’à la mi-temps. Mais ils vont être cueillis à froid au retour des vestiaires, avec une égalisation à 14h30 des vendeurs, profitant d’une publication des ventes de détail en recul inattendu pour renvoyer le CAC à l’équilibre.

Mais bien resserrés en défense sur leur ligne des 3505/3510, les acheteurs vont parvenir à contenir la bonne période offensive de leurs adversaires, avant de reprendre petit à petit l’ascendant, pour “logiquement” reprendre l’avantage à 16h grâce à l’amélioration du moral des ménages américains. Un avantage qu’ils réussiront à préserver sans trop de difficultés jusqu’au coup de sifflet final, pour clôturer cette semaine sur une note positive.

Pour le prochain match lundi, les acheteurs auront l’avantage, grâce aux points gagnés aujourd’hui qui leur permettent de confirmer le franchissement des 3505/3510 et de la résistance rose, et même de passer au delà des 3550, revenant sur leur niveau du 3 juin.

Reste que leurs adversaires afficheront deux nouvelles lignes défensives sur les 3600 et surtout sur les 3640 (horizontale + tracé orange), qui ne devraient pas être simple à franchir. En face de cela, ils pourront opposer leur attaque, qui leur a permis de remporter leur 3 derniers matchs, et compter sur une première ligne de défense sur les 3530/3540, avant en dernier recours à nouveau les 3505/3510.

Ce n’est qu’en cas de rupture de ces 3505/3510 qu’il faudrait envisager une remontée au classement des vendeurs, avec un rééquilibrage qui pourrait nous ramener sur les 3475, avant éventuellement les 3445/3455.

En attendant, passez un bon week-end et une bonne coupe du monde pour ceux qui aiment le foot.

A lire également :
Bien choisir son courtier en ligne
Clôture CAC 10/06/10
Analyse DJ 08/06/10
Analyse Nasdaq 08/06/10

Partager cet article

Article de

Gestionnaire de portefeuille sous mandat et gérant d'ACGest (www.fenetre-sur-cours.com)

4 commentaires

  1. O< 12 juin 2010 à 18:27

    . :o )

  2. madon 12 juin 2010 à 19:16

    félicitation pour la métaphore footbalistique, cependant on sait que le foot au contraire du rugby et du tennis n’accepte toujours pas l’arbitrage vidéo.
    pourquoi à votre avis ??
    et à quand l’arbitrage video pour la bourse???
    déjà il faudrait un arbitre.
    Je suis un peu désolé que vous soyez si correct dans vos articles.
    Dans l’affaire kerviel un témoins à dit: Comme je suis sorti du monde de la finance je suis le seul qui parlera sans peur et sans influence…..
    Quand à la seance de hier..entourloupe et cie

  3. Michel Delobel 14 juin 2010 à 08:11

    On sort un peu du sujet, et je suis loin d’être compétent sur le sujet de l’arbitrage vidéo. J’avoue ne pas trop comprendre les partisans d’un maintien de l’arbitrage tel qu’il est, quant on connait les enjeux et montants engagés dans le foot aujourd’hui. On pourrait se dire que c’est pour pouvoir mieux truquer les matchs, mais certains défenseurs de l’arbitrage dans sa forme actuelle n’y ont aucun intérêt a priori. Alors…
    Quant à la bourse, il y a bien un arbitre, en la personne de l’AMF. Mais il semble bien que les dés soient ici clairement pipés, avec un arbitre qui ne se concentre que sur un ou deux type de fautes bien précises, et laisse passer tout le reste, sans doute par manque de moyens, en espérant que ce ne soit que cela.
    Après, il ne faut pas voir non plus l’arnaque partout. Où voyez vous une entourloupe dans la séance de vendredi ? Si c’est la chute de 14h30 suivi d’un rebond, ce n’est que le signe d’investisseurs décidés à faire monter le marché et voir le verre à moitié plein… comme ils l’ont vu à moitié vide les semaines passés. Après, on peut appeler cela un marché manipulé. Pourquoi pas. C’est un marché en tout cas au main des grandes banques, qui font à peu près ce qu’elles veulent à court terme, dans une certaine mesure toutefois car il serait illusoire de penser qu’elles sont toutes ensembles. Il doit bien y avoir lutte et intérêts parfois divergents. On le sait, on ne peut aller contre le marché à court terme. Mais une fois qu’on a accepté ce fait, il n’y a plus qu’à faire avec, et pourquoi pas même à tenter d’en tirer parti, même si on ne lutte pas à armes égales. On a l’avantage de la discrétion, et de pouvoir entrer et sortir comme on le souhaite, à la différence des institutionnels qui “jouent” à coup de millions et milliards.
    Qu’entendez vous par “si correct” ? Si vous voulez des articles un peu plus engagés, vous en trouverez sur Fenetre sur Cours, mais dans une AT qui essaye de rester ouverte et le plus objectif possible, difficile de faire du sensationnel. Mon but n’est pas comme certains de jouer sur la peur et la crédulité des investisseurs pour leur vendre conseils et autres recettes miracles. J’essaie juste d’aider les investisseurs en leur faisant profiter de mon expérience.

  4. Michel Delobel 14 juin 2010 à 10:00

    Votre message me demandant d’être moins correct n’y est pour rien. Une simple coïncidence avec une analyse que j’ai reçu ce matin. Je vous invite en tout cas à lire le billet d’humeur que je viens d’écrire sur Fenêtre sur Cours. A lire!