Le Blog Finance

Portugal : report d’investissements publics

Elisabeth Studer Actualités, Aéronautique, Economie, Valeurs du CAC40 Commentaires fermés

portugal-tap.jpgLe Portugal n’est pas la Grèce et compte bien ne pas arriver à une situation aussi désespérée que son collègue européen.

Pour prouver sa “bonne volonté” et tenter de ne pas sombrer au fond du gouffre, le premier ministre portugais José Socrates a annoncé son intention de reporter certains investissements publics.

Première coupe sombre : la construction du nouvel aéroport de Lisbonne.

Le premier ministre socialiste a également annoncé le report d’un troisième pont sur le fleuve Tage, lequel doit permettre notamment au futur TGV Madrid-Lisbonne de rejoindre la capitale portugaise.

Le chef du gouvernement a par ailleurs précisé sa volonté de “réduire le déficit cette année à 7,3% du produit intérieur brut (PIB)“. L’objectif est ambitieux puisqu’il correspond à une amélioration d’un point de l’objectif des 8,3% fixés dans son programme de stabilité et de croissance.

Rappelons qu’en 2009, le déficit public portugais a atteint un niveau historique de 9,4% pour une dette à 76,6% du PIB. Laquelle devrait atteindre 86% du PIB cette année, soit l’équivalent de plus de 142 milliards d’euros.

Le Portugal est considéré comme l’un des principaux maillons faibles de la zone euro, ses déficits publics et ses faibles perspectives de croissance étant montrés du doigt.

Début 2008, l’état portugais avait annoncé la construction du Nouvel Aéroport de Lisbonne (NAL) à Alcochete, sur la rive sud du Tage. Le projet étant alors évalué à 3,2 Mds EUR pour une mise en service en 2017. L’objectif : desservir la capitale en prévision de la saturation prochaine de l’aéroport de Portela. La zone choisie, Ota, se trouve à environ 45km au Nord de Lisbonne.

Deux pistes sont actuellement prévues, et deux autres sont envisageables, permettant une fréquence de trafic de 100 avions/heure et surtout d’accueillir l’A380. L’objectif du NAER, nouvel aéroport international de Lisbonne, est de devenir la première passerelle entre l’Europe et l’Amérique Latine, mettant directement en concurrence l’aéroport de Madrid Barajas.

Partager cet article

Article de

Les commentaires sont fermés