Le Blog Finance

Immobilier : le recul le plus important depuis le milieu du 20ème siècle selon HSBC

46.jpgMathilde Lemoine, économiste chez HSBC, estime que l’immobilier 2009 aurait connu une baisse de 7% en prix sur l’année et de 22 % en volume pour le deuxième trimestre. Comme indiqué dans le titre du billet, il s’agit, toujours selon elle,  du recul le plus important depuis le milieu du 20ème siècle et pourtant, cela ne se ressent pas forcément sur les prix d’affichage…

Alors pourquoi cela ne se ressent pas ? Simple, très simple, nous avons un mélange de taux très bas, d’incitations fiscales et aides diverses (PTZ, déductibilité des intérêts…) et une légère baisse des prix. Bref, l’ancien c’est comme le neuf, il se tasse mais il ne rompt pas.
HSBC prévoit pour cette année une baisse des prix de 4 %… 4 % pour un bien de 300 000 euros, c’est 12 000 euros d’économisés, soit pas grand chose par rapport au montant global même si cela représente une belle voiture d’occasion voir une neuve. En même temps me direz-vous, celui qui a les moyens de mettre 300 000 euros dans un bien, ce ne sont pas les 12 000 euros de baisse de fin d’année qui vont l’inciter à attendre. En plus, c’est une moyenne.
Non, ce qu’il faut retenir, c’est qu’à la différence des prévisions optimistes (stabilisation voir légère hausse) des réseaux d’agences immobilières qui, dès le premier janvier de l’année en cours, sont capables de prévoir l’évolution des prix pour toute l’année, les prévisionnistes plus sérieux d’HSBC annoncent clairement une nouvelle baisse pour cette année.
Image 6  Image 7

Partager cet article

Article de

4 commentaires

  1. Dav 9 février 2010 à 12:40

    Propagande de guy hoquet.
    Alors si on voulait relancer les ventes il faudrait sérieusement baisser les prix. Qui peut encore acheter aujourd’hui à des prix complètement déconnectés des salaires. une faible minorité de la population qui a déjà revendu. La baisse n’est qu’une histoire de temps. Il est urgent d’attendre.
    La chute vertigineuse a déjà commencé là où les prix sont les plus elevés et là où les salaires ne suivent pas.
    Exemple à Cannes. Et oui les anglais ont disparut. Chute vertigineuse de la livre par rapport à L’euro (environ 30% en 20 ans). Pour eux la france est devenue inaccessible, et chez eux les prix ont sérieusement baissés et les bonnes affaires sont là-bas, pas ici.
    http://www.webtimemedias.com/webtimemedias/wtm_article54740.fr.htm

  2. Marco 10 février 2010 à 12:36

    http://www.economist.com/businessfinance/displaystory.cfm?story_id=15179388
    immobilier en France surévalué de 40 %
    Espagne : surévalué de 55 %
    tout est dit

  3. Mik 11 février 2010 à 09:09

    De l’autre coté de l’atlantique certaines personnes font les frais de la baisse.
    http://people.premiere.fr/News-People/Scarlett-Johansson-vend-a-perte-/%28gid%29/2211451
    Ce genre d’article même si c’est sur un magazine people peut avoir un leger impact sur la manière de penser des francais et on en verra peut etre d’autres…

  4. caharke 12 février 2010 à 12:21

    ai longtemps pris pour argent comptant les commentaires de Marco ou DAV ou autres mais j’habite paris 14 j’observe le contraire de ce que vous avez annoncé
    cela fait trois ans que j’attends et vis dans 45 m2 avec deux enfants , n’en peux plus
    je vais acheter pour ne plus me fader mon loyer
    vous habitez peut être dans un lieu ou c’ est différent,
    je pense qu’il faut arrêtez de généraliser et de nous faire croire a ce qui n’est pas , venez faire un tour , un paris par exemple,
    l’ Espagne n’ est pas paris aurai adoré pourtant comme vous
    il faut faire comme Edwy Plenel et peser chaque mot sinon internet deviendra aussi incrédible que le canard de propagande des agents immobiliers
    veillez y cher modérateur , sinon vous perdrez toute crédibilité