Le Blog Finance
A la une

Fannie Mae appelle une nouvelle fois au secours

Tous-aux-abris De plus en plus inquiétant ….

Alors que le monde peine à se remettre de la crise des subprime, et qu'une étude d'un économiste de la banque centrale américaine a récemment révélé que la part de marché des nouveaux prêts immobiliers US accordés à des ménages au profil financier risqué est revenue à son pic de 2006,Fannie Mae vient d'annoncer avoir perdu encore 18,9 milliards de dollars.

Mieux encore – si l'on peut dire

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. el gringo 7 novembre 2009 à 18:49
  2. Et une 3eme fois ! 27 février 2010 à 00:50

    Fannie Mae a besoin de $15,3 mds après une nouvelle perte au T4
    vendredi 26 février 2010 23h43
    WASHINGTON, 26 février (Reuters) -
    Fannie Mae, premier organisme de refinancement immobilier aux Etats-Unis, a annoncé vendredi avoir subi une perte de 16,3 milliards de dollars (12 milliards d’euros) au quatrième trimestre, ce qui le contraint à faire à nouveau appel au Trésor.
    La société, passée sous le contrôle de l’Etat, a indiqué que sa perte s’élevait à 15,2 milliards de dollars avant le versement de 1,2 milliard de dollars de dividendes pour les actions préférentielles détenues par l’Etat.
    Sur l’ensemble de 2009, le total de ses pertes s’élève à 74,4 milliards de dollars contre 59,8 milliards en 2008.
    La Federal Housing Finance Agency, le régulateur de Fannie Mae, a demandé 15,3 milliards de dollars supplémentaires au Trésor, ce qui portera le soutien total de la puissance publique à 76,2 milliards de dollars.

  3. el gringo 27 février 2010 à 10:39

    AIG aussi
    American International Group (AIG) a publié une perte trimestrielle de 8,9 milliards de dollars (6,6 milliards d’euros) en avertissant qu’il pourrait avoir besoin d’une nouvelle aide de l’Etat.
    Dans un document remis à la Securities and Exchange Commission (SEC), le groupe explique qu’en l’absence d’un nouveau soutien public à brève échéance, « il pourrait y avoir un doute sérieux sur la capacité d’AIG à poursuivre son activité ».
    L’action AIG a chuté de 9,96% à la Bourse de New York à 24,77 dollars.
    Dans la soirée, la Maison blanche a fait savoir que l’assureur avait déjà reçu une aide d’un montant exceptionnel.
    Prié de dire si le gouvernement était plutôt enclin à venir en aide à AIG, qui a déjà reçu plus de 180 milliards de capitaux et de garanties, Robert Gibbs, porte-parole de la Maison blanche, a répondu : « De toute évidence, une aide d’une ampleur exceptionnelle a été octroyée en 2008 pour empêcher l’effondrement massif d’AIG ».
    L’assureur, dont l’Etat fédéral contrôle près de 80% du capital, a enregistré sur les trois derniers mois de 2009 une perte nette ajustée de 7,2 milliards de dollars, soit 53,23 dollars par action, à comparer à une perte de 38,5 milliards (287,69 dollars/action) sur la période correspondante en 2008.
    http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2010-02-26/perte-trimestrielle-pour-aig-qui-a-encore-besoin-d-aide/916/0/428381
    Goldman Sachs est dans le collimateur de trois instances américaines dans l’affaire d’AIG : la Commission de contrôle de l’Etat de la Chambre, une commission d’enquête créée par le Congrès pour élucider les responsabilités dans la débâcle et le Sigtarp qui vérifie l’usage des fonds du plan de sauvetage du secteur financier américain. Ces instances vont poursuivre Goldman Sachs et ainsi que la Société Générale pour récupérer une partie de l’argent que le gouvernement US qui avait donné pour sauver AIG de la faillite en couvrant l’intégralité des pertes en 2008.
    Goldman Sachs est soupçonnée d’avoir développé un système lui permettant d’être massivement bénéficiaire – dès lors qu’elle a misé sur l’effondrement des « CDS », des titres de défaut de dette – pour jouir ensuite d’un remboursement rubis sur l’ongle, sur ces mêmes titres, de son assureur AIG. Et ce, pour des pertes dont elle avait elle-même fixé le montant. Une sorte de coup double.
    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601087&sid=ax3yON_uNe7I

  4. el gringo 10 octobre 2010 à 19:58

    Le Foreclosuregate prend d’énormes proportions outre Atlantique, forçant le président Obama a opposer son veto sur une législation (code HR3808) votée en catimini par la chambre puis le sénat visant à légaliser les actes notariés du MERS sur tout le territoire, ce qui aurait constitué un début de « bailout furtif ».
    http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2010/10/08/presidential-memorandum-hr-3808
    Le MERS (Mortgage Electronic Registration System), qui est un système de suivi électronique de la propriété mis en place par les banques pour accélérer les opérations de titrisations, a traité plus de 80% des opérations de titrisations aux USA. En fait, dans un grand nombre de cas, les banques détentrices de ces titrisations ne peuvent prouver qu’elles sont réellement les propriétaires des biens en défaut de paiement car un très grand nombre de ces transactions n’ont pas été réalisées légalement (ils auraient du être enregistrés par un notaire) voire dans certains cas les transactions n’ont tout simplement pas été archivées par le MERS.
    Pour aller plus loin dans le ForeclosureGate , vous pouvez lire le résumé suivant : Vincent Benard – Foreclosuregate (IV) : synthèse – Pour y voir plus clair dans un gigantesque scandale financier
    http://www.objectifeco.com/economie/economie-politique/article/vincent-benard-foreclosuregate-iv-synthese-pour-y-voir-plus-clair-dans-un-gigantesque-scandale

  5. el gringo 10 octobre 2010 à 21:28

    Le Foreclosuregate ou comment les banques récupèrent un bien frauduleusement quand ils n’ont pas les papiers en règle ? Une des plus grandes fraudes jamais révélées aux USA.
    http://seekingalpha.com/article/228983-foreclosuregate

Commenter cet article