Le Blog Finance

Un exemple de langue de bois immobilière

24_desir-d_avenir-et-langue-de-bois Hier, avait lieu (c'est français comme tournure de phrase ça ?) un tchat sur le site de la Tribune.fr avec Stéphane Romanyszyn, PDG d'Entreparticuliers.com. Le thème était bien sûr l'immobilier avec un titre "comment négocier". Le sujet en lui-même étant fort intéressant (va falloir que je pense à faire un billet juste après celui-ci…) mais finalement pauvre d'un point de vue "astuces et combines" (des trucs évidents). Par contre d'un point de vue "l'immobilier ne baissera pas parce que ce n'est pas comme aux USA ou en Espagne car en France on manque de logement, c'est structurel" – je résume – ce fut un festival. 

 Ma phrase préférée étant : "Il est plus important de bien choisir votre bien qui prendra assurément de la valeur lors de la prochaine décennie". Bon, moi je ne me prends pas pour un dieu de l'économie donc vous m'excuserez de ne pas avoir de vision pour ces dix prochaines années mais j'ai du bon sens, hélàs le bon sens en prend parfois un coup… : "La courbe de Friggit est très intéressante sur le plan intellectuel. Mais c'est de la théorie". Traduire : Désolé Jacques, t'es bien gentil avec tes dessins, mais nous c'est du sérieux…

Enfin, on notera que "les prix ne baissent pas autant que ça", mais "ça" c'est quoi… On ne peut hélas lui en vouloir, il ne sciera pas la branche sur laquelle il est assis. Cependant, son site vivant des annonces de vendeurs, il aurait plutôt intérêt à ne pas minimiser la baisse pour amplifier le nombre de vendeurs désespérés passant leur annonces sur son site. Donc, si quelqu'un a une explication, je suis preneur (oui je ne sais pas tout, loin de là).

Me suivre sur
  Image 6 & Image 7 

Partager cet article

Article de

8 commentaires

  1. olivier 30 octobre 2009 à 12:29

    pour chercher a faire remonter les transactions par la baisse des prix, il faut penser/accepter que nous sortons d’une bulle speculative sur l’immobilier.
    tout le monde est bien oblige de constater baisse des prix et transactions, mais peu de personnes en fait pensent que c’est une bulle qui eclate.
    Il est vraissemblable que beaucoup pensent que cette baisse de l’immobilier est liee a la crise, et que la situation reviendra a la normale une fois la crise passee ou stabilisee.
    Quand on a sincerement cru pendant 10 ans que l’immobilier grimperait jusqu’au ciel, il est couteux psychologiquement de changer d’avis.
    combien de personnes de votre entourage vous ont dit “tu avais raison sur l’immobilier, j’aurais du ecouter tes conseils plutot que de me moquer, en plus avec le recul c’etait evident” ?
    nier la realite est humain:
    1-ce vase n’est pas casse.
    2-ce vase est casse, mais tres peu et ce n’est pas grave
    3-ce vase est casse, c’est grave, mais ce n’est pas de ma faute.

  2. bachoun 30 octobre 2009 à 18:22

    Demander à un professionnel de l’immobilier si les prix vont baisser c’est comme demander à un coureur du tour de france s’il se dope…tout le monde sait qu’il se fout de notre gueule mais il y a toujours un journaliste pour lui donner de l’impotance…

  3. jaja 30 octobre 2009 à 18:49

    “Hier, avait lieu (c’est français comme tournure de phrase ça ?)”
    Non, c’est english. En français on dit “hier a eu lieu”. :-)

  4. rony 30 octobre 2009 à 19:41

    je ne suis pas AI et franchement je pense qu ils sont aussi interressés que les acheteurs par la baisse des prix.en effet plus le marché baisse et plus ils y a de transactions donc de com ??? un pro peut il me donner son avis technique ???

  5. himpan 30 octobre 2009 à 21:30

    arretez b…ordel ! la baisse la baisse pfff… d’abord il y a une hausse délirante!
    ici, en proche couronne paris ouest les prix “affichés” ont encore pris 10% vs 2008. Alors après on peut bien “baisser” aucours de la “transaction réelle ” de 20%. N’empeche que le M2 reste a + de 4000 euros ! Point barre ! Comparé a 2006 je ne vois pas de baisse. Qu’on vienne donc me donner des exemples CONCRETS (prix/m2 en transact) du contraire !
    De plus, les biens mis en vente ici ne mettent pas plus de 2 mois pour trouver acquéreur.
    La baisse? pfff oui au fin fond de la creuse ou du coté des bouzeux de la champagne.

  6. Dwight 31 octobre 2009 à 08:56

    hinpan est dans le vrai. La baisse est inégale selon les territoires observés. Et du côté de l’ouest parisien… difficile de parler de baisse, après l’augmentation fulgurante de ces dernières années. Mes revenus ont augmenté en 10 ans, mais n’ont pas suivi la hausse de l’immobilier. Et si la “baisse” récente devait s’arrêter là, j’en connais un bon nombre (dont moi) qui ne parviendront jamais à acheter.

  7. Cid 3 novembre 2009 à 15:46

    D’accord avec Himpan, parler de la baisse n’a pas de sens, car l’immobilier se structure en marchés locaux…
    Par contre ce que dit Dwight est intéressant et un signe des temps,il y’a une déconnexion entre les revenus et les prix de l’immobilier, donc soit un logement devient un produit de luxe pour riches investisseurs soit les biens se démocratisent. Il y’a de moins en moins de très riches et de plus en plus de pauvres moyens…Et les très riches auront bien besoin de louer à ces moyens pauvres à moins qu’ils gardent leurs logement vides… Viendra le moment où ils opteront pour des investissements plus rentables entrainant un réajustement des prix… ou pas! Je suis AI et au chômage donc évitons les lieux communs sur cette profession inégalement représentée!

  8. Toto 25 septembre 2016 à 03:03

    Formidable! Très drôle!

Commenter cet article