Le Blog Finance

Trou démographique et anticipation d

32320-morguefile-trou-faille-securite Je relance souvent ce sujet car je pense que le phénomène est mésestimé et son impact n

Partager cet article

Article de

10 commentaires

  1. Aldesh 7 septembre 2009 à 22:44

    pour valider le raisonnement il faudrait le pourcentage de primo accedant sur les 700 000.
    Je pense plutot que parce que l’immobilier montait. Il était plus facile de “jumper” de niveau d’appartements.
    Et donc plus de personne déménageaient

  2. Marco 7 septembre 2009 à 22:46

    tout à fait d’accord …
    je pense qu’un argument supplémentaire à cette théorie est que malgré des taux réellement historiquement bas, avec des perspectives d’inflation nulle (donc conditions idéales pour emprunter) la chute des transactions est bel et bien là.

  3. olivier 8 septembre 2009 à 09:28

    Tout aussi sous-estime est l’impact de la fin du baby boom, qui en france ne s’est termine qu’en 1975 !
    http://www.ined.fr/fr/pop_chiffres/france/structure_population/pyramide_ages/
    les quelques annees qui suivent ont 15% de personnes en moins, et ca se stabilise a -10%
    ce trou demographique s’ajoute a l’effet d’aubaine decrit par C.Yanes. Le vivier de primo accedants (voliere ?) est 10% plus faible. Ca pesera progressivement et durablement sur le marche, a mon avis au point d’invalider la tendance friggit.

  4. cjohan 8 septembre 2009 à 10:20

    @Aldesh
    Ta phrase
    « Je pense plutot que parce que l’immobilier montait. Il était plus facile de “jumper” de niveau d’appartements. » Est totalement fausse c

  5. barth 8 septembre 2009 à 10:25

    J’aurais aimé un développement plus approfondi pour confirmer mes observations. En effet, la comparaison de 2 pyramides des ages espacées de 5 ans montre, si je puis dire un creux de décès sur les 5 dernières années, (donc moins de ventes) due à la période de leur naissance en période de guerre 14-18. Aujourd’hui, c’est l’inverse, le babyboom de l’époque 1918 1923 devient un decesboom d’aujourd’hui. la rareté des biens à vendre de 2005 2006 se transforme en excès de biens à vendre aujourd’hui et demain. J’ai noté un écart de 100 000 personnes par an et encore plus dans 5 ans. J’y ajoute l’arrivée des premiers robiens sur le marché des ventes en 2012 et on atteindra des sommets de biens à vendre. Je crois donc à une lente et permanente baisse des prix, les acheteurs d’aujourd’hui étant ceux qui crois avoir fait une bonne affaire avec une remise sur le prix affiché de 20%.

  6. pigeon 8 septembre 2009 à 18:59

    @barth
    J’aimerai bien que cela se passe comme ça.
    Mais quand on a un bien acheté cher, on ne le brade pas même s’il est vide et qu’il coûte en entretien, charge copro …
    A fortiori si le bien a été acquis avant le boom immobilier !
    Parce que je pense (hors ROBIEN et autres) que beaucoup de biens proposés à la vente sont payés depuis longtemps et que les vendeurs n’ont pas spécialement besoin de cet argent.
    Mais p-être que l’afflux de biens issus de ROBIEN, les fins de prêts relais (avec prolongation ?) et le papyboom auront d’ici xx années une influence réelle à la baisse sur les prix.
    Moi, je vois une situation gelée avec une lente érosion.

  7. Aldesh 10 septembre 2009 à 00:22

    @cjohan
    Je pense que simplement la réalité de l’emprunt nécessaire pour acheter est plus favorable dans un marché qui augmente que dans un marché qui baisse.
    Car dans le premier cas, la différence est simple à calculer pour faire l’acquisition
    Dans le deuxième cas, la banque est très réticente pour faire un pret relais.
    Apres je suis d’accord que mathématiquement parlant un prix qui décroit est plus interessant dans l’absolu pour acheter plus grand.
    Mais ce qui importe aux personnes qui achètent est le montant de l’emprunt par mois. La hausse que tu soulèves a été gommé par la baisse des taux d’interets et l’allongements de la durée d’emprunts de 2003 à 2006

  8. cjohan 10 septembre 2009 à 10:40

    @Aldesh
    Mais ce qui importe aux personnes qui achètent est le montant de l’emprunt par mois. La hausse que tu soulèves a été gommé par la baisse des taux d’interets et l’allongements de la durée d’emprunts de 2003 à 2006
    Tu viens de décrire parfaitement les causes de la bulle de ces dernières années
    D

  9. Aldesh 11 septembre 2009 à 00:02

    @cjohan
    Je pense que pour les achats de logement principal, les coupables sont les banques et les AI. Les premiers pour avoir tellement faciliter les conditions de prets, les seconds pour avoir omis de préciser dans quel état serait l’immeuble dans 25 ou 30 ans.
    Comme l’indique justement le dernier article, beaucoup million de foyer seront en difficulté dans les prochains mois. Et en plus, ceux qui auront survecu aux prochaines années se verront mettre le couteau sur la gorge, le jour ou il faudra investir 15 000

  10. isefimmo 11 septembre 2009 à 09:03

    @aldesh
    tu dis “Je pense que pour les achats de logement principal, les coupables sont les banques et les AI”. Moi je veux bien être responsable de toutes les catastrophes du monde mais sais tu que la part de marché des AI est proche de 40% seulement (demande à cjohan pour les chiffres précis;)???
    Tu aurais donc du dire que “les AI sont responsables à 40% et les vendeurs (particuliers)à 60%”…
    PS: Ca se confirme, hémoragie devendeurs qui refusent la baisse dans plusieurs villes du sud (grau du roi, sète, frontignan, agde,…)et qui retirent leur bien de la vente pour le mettre en location. Je n’ai (presque) plus rien à vendre (94 biens à ce jour sur un canton de 15.000 pers à l’année / 100.000 en été)