Le Blog Finance

La France a (eu) peur

Rogergicquel Depuis le temps que je la sors cette phrase de Roger Gicquel, il fallait bien un jour qu’elle trône en titre d’un billet. Je rebondis sur le billet de Patrick qui concerne la chute des crédits immobiliers, sur les – 40, – 50 % pour me projeter plus tard, une fois la crise digérée, l’étendue des dégâts connus, le point bas daté depuis longtemps via une remontée des prix de l’immobilier durant plusieurs années. Situons ça quelque part entre 2015 et peu importe…

La crise que nous vivons actuellement est financière mais c’est aussi une crise psychologique, de confiance même. Où je veux en venir ? Tout simplement au facteur qui sera désigné comme principal responsable de la crise immobilière une fois la crise finie. Lorsque le financier aura repris du baume au coeur, il faudra réactiver la confiance des acheteurs, la stimuler, mais qui dit reprise des achats dit d’abord dynamisme économique retrouvé sur une assez longue période pour entraîner le reste.

Concrètement, le décalage entre le financier et la confiance sera comblé par plusieurs trimestres. D’ici là, le marché immobilier sera plombé, stagnera, mollement, sûrement.

Peut-être que la crise que nous connaissons, cette bulle explosée, sera plus tard justifiée non pas par des prix déconnectés ou un assèchement bancaire mais d’abord par la perte de confiance des ménages en l’avenir. C’est un raccourci qui sera facile à exposer dans l’esprit collectif, mais qui cachera les vrais raisons du problème.

Christophe Yanes

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. freddy 24 février 2009 à 10:27

    Il y 2 catégories de personnes :
    Ceux qui n’ont pas un rond de coté et qui ont vraiment peur de la crise, du chomage, du surendettement.
    Ceux qui ont des ronds de coté et qui vont bien profiter de la baisse généralisée des prix, des promotions, des destockages.
    Et si on fait une moyenne, il se peut que la confiance des consommateurs ne s’écroulent pas. Baisse des prix contre augmentation du chomage.
    De mon coté, pas changé de voiture depuis 8 ans, 2 semaines de vacances hors de chez moi en 5 ans. Pas de nouvel ordi depuis 4 ans. Alors, c’est maintenant que je vais profiter et je ne vais pas attendre que les prix baissent encore.
    Pour l’immo, c’est une autre histoire, il faut encore attendre un an minimum.

  2. deep 24 février 2009 à 19:36

    tout le monde est en crise. c manifeste. ont direz que les gens ont etais pris dans les phares d’une voiture…apres y aura la colere puis l’acceptation des faites… je pense meme a me trouvez une petite ile en attendant. une depression doit etre plus agreable sur une plage plutot que dans une boite dechaussures a 800/mois non?

  3. dami 28 février 2009 à 09:10

    “une depression doit etre plus agreable sur une plage”
    Pas sur qu’aux Antilles on soit du même avis.
    ‘L’herbe est toujours plus verte chez le voisin !’