Le Blog Finance

Inertie mentale et fossilisation…

Images_5 On nie le protectionnisme, il a déjà gagné.
" S’il existe des encore des libre-échangistes par inertie mentale ou fossilisation intellectuelle, le libre échange en tant que modèle économique est mort du seul fait de la fermeture des débouchés par suite de la dépression mondiale. "
Et
"Les thuriféraires de la mondialisation n’entendent pas perdre la face si vite, et même s’ils n’ont plus aucun modèle ni aucune solution à proposer, continuent de polluer le débat avec leurs représentations fausses et caricaturales."
Enfin :
"Le changement de paradigme n’est plus une revendication. Il est devenu une nécessité." C’est plus qu’une nécessité, c’est un impératif. Bien entendu aux fossiles, il ne faut pas demander de se déjuger : "Le G7 s’engage à combattre la crise sans protectionnisme."
Là, on va rire.

On va encore plus rire et grincer des dents parce que des nouvelles vagues du Tsunami arrivent : "De plus en plus d’entreprises rachetées par LBO sont asphyxiées par la dette ."
Si vous travaillez avec ce genre d’entreprise, c’est facile à reconnaitre. Elles n’ont absolument rien pour tourner. Une entreprise de fourniture de sanitaires, bien connue, ayant pignon sur rue, tourne en ce moment avec des entrepôts ayant DEUX chauffe-eau en stocks. Et bien sûr, en sous effectif chronique. Le propriétaire est un fond de pension britannique.
Un cadavre, qui suce le sang d’un mort vivant. Rachetées par la dette, avec effet de levier, les entreprises  en LBO, bien que souvent TRES rentables, ne le sont pas assez pour faire face à leur situation financière et celle de leurs propriétaires. A l’heure actuelle, il n’y a plus moyen de se réendetter.
Comme disait Warren, un certain nombre d’entreprises sont dirigées par des imbéciles. C’est facile à reconnaitre, il suffit de voir les -énormes- salaires de leur direction, symboles de dégénerescence psychiatrique.
Les teutons sont asphyxiées par la bulle immobilière d’Europe de l’est, mais affirment calmement que "ça va repartir". (Les CDS indiquent plutôt la mort clinique.)
Bien entendu, on ne peut qu’être d’accord avec ceci, vu la Kalité Kolossale (avec un grand K) des appartements Ukrainiens, Hongrois ou Polonais. Enclavé par leur géographie, il faudrait peut être qu’ils se rappelent que c’est l’Europe DE L’EST, et que les régions enclavées, ce n’est JAMAIS dynamique…
Un témoignage venu du notariat, à recouper avec des témoignages venus des banques : rien ne se vend, il n’y a plus de prêts immobiliers, ou quasiment plus.
Cela serait d’ailleurs, en phase avec l’effondrement des ventes automobiles, du trafic aérien, de la production d’acier, etc…
Les études de notaires licencient, massivement, comme en 1990/1991.

samedi 14 Février 2009

Partager cet article

Article de

9 commentaires

  1. logique 14 février 2009 à 23:13

    Patrick tu pête la forme, J’ais d’ailleurs aussi beaucoup de mal a me faire aux propabilité. Elle sont féroces et ce n’est plus les pigeons de l’immo qui vont y avoir droit. Nos nouveaux pigeons sont ceux qui ne veulent pas y croire ……J’ais aussi beaucoup de mal a m’y faire, a vrai dire. Il va falloir être encore plus intentif qu’avant, est ne pas prendre le drenier train.

  2. freddy 15 février 2009 à 03:23

    Qu’on m’explique alors pour quoi la Fnaim a publié qu’il n’y avait pas de baisse des prix en Janvier 2009…
    Est-ce quelqu’un aurait une courbe comparant le PIB et les prix de l’immo?

  3. Nam 15 février 2009 à 10:06

    Et quid des propos de JC Trichet qui a dit qu’il allait utiliser des methodes non conventionnelles pour inonder « massivement » le marché de liquidités??

  4. Nam 15 février 2009 à 10:09

    Production exange (a cause des LBO etc) + Bcp de monnaie mise sur le marché par la BCE => on devrait avoir une belle inflation non ???

  5. JEANJEAN 15 février 2009 à 11:42

    On peut créer autant de monnaie qu’on veut, si elle ne circule pas dans l’économie , elle ne produira aucune inflation car les gens ne veulent surtout pas s’endetter et les banques ne veulent surtout pas prêter à de futurs chômeurs !

  6. Michel 15 février 2009 à 11:57

    Bon post, pas en « live » cette fois ci. Je travaille dans l’industrie du LBO à Londres pour une companie japonaise(c’était ca ou chomeur en France). J’ai toujours comparé le LBO au buy to let dans l’immobilier pour l’expliquer a mes parents agriculteurs. Je pense que l’industrie souffre et que bcp de boites en effet vont couler, bcp de fonds « amateurs » (potes de certains directeurs financiers de Axa, Groupama etc.) vont tres vite fermer. Cependant, petite lueur d’espoir, beaucoup de fonds ont levés des milliards (1 trillion de dollars non investi en tout!!) en 2006-2007 et ont bcp de cash non investi, ils peuvent donc injecter du cash « to shore up the balance sheets », i.e. alleger la dette. Le second « truc » c’est que la dette de ses boites appartient à des CLO, des fonds qui n’ont pas du tout envie de se retrouver aux manettes des entreprises et preferent laisser les fonds de private equity continuer a les gerer meme si techniquement le créancier devrait liquider la boite. Cependant je pense que, comme l’immobilier, les valorisations etaient largement excessives a 12x Ebitda, y a eu les « deals en trop »: EMI, Boots, pareil que l’immobilier anglais avec le Gerkin vendu 1 milliard d euros et la tour HSBC 1.1 milliard de pounds et qui vaut 600 millions aujourd’hui et encore moins en euros. Du coup ces boites, « portfolio companies », doivent supporter la dette de l’acquisition. Il aurait été plus sain de voir les fonds de LBO supporter la dette dans leur propre bilan et avoir la boite en face, pas trop endette a l’actif, laissant une chance de survie a la boite.
    Maintenant quand je lis les posts de Christophe Yanes, quand on a du cash, ne vaudrait il pas mieux acheter une boite en difficulté plutot que de l’immobilier ? Puisque ca repartira, forcemment, peut etre en 2015, apres les exces du « greed »; il ne faut pas tomber dans la paranoia de la peur.
    Tout a fait d’accord pour l’inflation a venir, ca va etre catastrophique (le seul moyen que les banques centrales ont trouvé, apres avoir laisse de facon irresponsables les taux directeurs si bas, inflation basse a cause de la mondialisation, pour effacer les dettes). Les taux etaient si bas que les actifs, y compris n’importe quelle merde, boite pas profitable ou pavillion des années 70 en banlieue coutaient la peau du cul puisque la dette etait gratuite et tout le monde achetait n’importe quoi.

  7. @Jeanjean 15 février 2009 à 11:58

    Crise a la Japonaise alors? bon, on en a pour une generation dans ce cas au moins, 30 ans…..

  8. Stef 15 février 2009 à 19:31

    @Freddy
    Quand vous savez que 7 à 8 % des transactions immobilières sont passées par les notaires, 45 % par entre particuliers et le reste par des AI. Sachant que la FNAIM est un réseau d’AI qui représente que 18% des transactions des AI, pensez vous que leurs chiffres représentent vraiment la réalité du marché immobilier?
    Ce qui serait d’utilité publique est de rendre disponible gratuitement, les registres des conservatoires d’hypothèque comme c’est déjà le cas du cadastre par exemple.Cela permettrait d’avoir une état réel du marché immobilier… après tout ce sont aussi des documents publiques.
    Quand à des chiffres du prix de l’immobilier par rapport au PIB ou aux revenus des ménages, je vous invite d’aller voir ceux ci: http://www.adef.org/statistiques/index.htm

  9. Nam 16 février 2009 à 11:45

    @JEANJEAN
    La question est de savoir dans quelles mains l’argent public crée tombera en premier… les entreprises impliquées dans les grands travaux? les constructeurs auto? sont-ce des entreprises qui sont vouées à faire faillite de toute façon ? A votre avis, dans quelles mains ira l’argent public en premier ???

Commenter cet article