Le Blog Finance

Russie : aide financière pour 295 entreprises stratégiques

Abc_putin_080302_msLe gouvernement russe a publié jeudi une liste de 295 entreprises "stratégiques" qui auront "l’heureux privilège" de bénéficier d’une aide de l’Etat face à à la crise financière.

Parmi elles : le géant gazier Gazprom, les pétroliers Loukoïl et Rosneft et des media publics. Pétrole, gaz et presse seraient-elles les trois mamelles du pouvoir poutinien ?

Face à une telle annonce, il convient d’être vigilant, de telles mesures pouvant justifier à terme un pouvoir accru du Kremlin. Rappelons en effet, que le premier ministre russe Vladimir Poutine a récemment affirmé que l’Etat russe entrerait dans le capital des grosses sociétés, "là où cela sera avantageux pour lui et pour les contribuables".

"Cette liste est établie par la commission gouvernementale chargée d’assurer un développement stable de l’économie. Elle n’est pas close et peut être revue", souligne le gouvernement dans un communiqué.

Selon ce dernier, l’inclusion d’une organisation dans la liste ne constitue pas pour autant une garantie d’une aide financière. L’objectif principal serait "de soutenir leur stabilité en utilisant non seulement des instruments banquaires mais aussi des garanties d’Etat" notamment la restructuration des arriérés fiscaux ou l’octroi des avantages douaniers.

Cette mesure fait suite à la proposition fait le 15 décembre dernier par Vladimir Poutine d’établir une liste des entreprises "vitales" pour l’économie nationale et d’y inclure 1.500 sociétés.

En dehors des géants du secteur des hydrocarbures, la liste publiée jeudi comprend également TNK-BP et 32 entreprises métallurgiques dont Rusal et Norilsk Nickel. Pour rappel, le géant russe de l’aluminium Rusal avait déjà décroché fin octobre auprès de la banque publique VEB un prêt de 4,5 milliards de dollars, dans le cadre d’un plan d’aide aux sociétés en difficulté à cause de la crise financière.

Les médias d’Etat dont Première chaîne et la chaîne Rossia, Russia Today, la chaîne d’information en continu qui émet en anglais, et les agences de presse Itar-Tass et RIA Novosti sont également sur la liste.

Elle comprend aussi des entreprises de l’industrie aérospatiale, du transport, de la production automobile, de l’industrie chimique et agroalimentaire.

Le conseiller du président Arkadi Dvorkovitch a quant à lui estimé jeudi dans un entretien accordé à la télévision que la croissance russe s’établirait en 2009 à près de 2%, l’inflation étant estimée dans une fourchette entre 10 et 12%.

Pour 2008, le gouvernement mise sur une croissance de l’ordre de 6% et une inflation de plus de 13%, après une croissance de 8,1% en 2007.

Sources : AFP, Ria Novosti, L’Echo.be

A lire également :

. France/Russie:l’indépendance de la presse mise à mal

. Poutine : pouvoir accru sur les médias via Kovaltchouk

. Russie : Gorbatchev s’inquiète pour la liberté de la presse

Partager cet article

Article de

Les commentaires sont fermés