Le Blog Finance

La Fnaim lance un plan d’accompagnement pour faire traverser la crise à ses adhérents

Pompiervsflammes1 Vous trouverez à la suite de ce billet l’intégral des mesures que met en place la Fnaim pour porter secours à ses adhérents. IL Y A LE FEU A LA FNAIM !!! Les ventes ne se faisant plus, le rôle de la Fnaim reste avant tout de soutenir au mieux ses adhérents. Lorsque le marché de l’immobilier progressait, l’action de la Fnaim se résumait à répercuter un discours haussier pour entretenir le marché (plus ça monte, plus il faut acheter car demain sera trop cher…) mais comme le marché s’effondre et que le discours médiatique ne sert plus à grand chose dans ces cas-là, la bouée de sauvetage est de sortie. L’intérêt de ces mesures est de permettre aux adhérents de survivre durant la crise, de résister, que leur nombre se réduise le moins possible pour que la Fnaim garde son rang. La Fnaim s’érige en protecteur de ses adhérents, chose inimaginable il y a encore six mois pour moi et pour beaucoup d’entre vous je présume. Je n’ai pas envie de ressortir les discours de René P. de l’époque, mais tout de même, on sent désormais beaucoup de précipitation pour tenter d’éteindre un incendie dont certains voyaient les étincelles depu

Les mesures :

- une hotline spéciale avec au bout du fil des consultants juridiques pour aider les adhérents à gérer au mieux leurs effectifs

- un guide des obligations sociales en cas de licenciements

- un coaching des adhérents dans divers domaines : marketing, com’, contrôle de gestion…

- le congrès annuel de la Fnaim prendra la forme d’une convention pour trouver des solutions à la crise

- un tour de France des "boutiques" pour conseiller les adhérents

- la Fnaim sollicite la banque Oeso pour trouver un financement à ses adhérents en difficulté

Photo de Cedric Sacilotto

Partager cet article

Article de

3 commentaires

  1. bungle 28 novembre 2008 à 23:32

    Le fameux “achetez maintenant car demain sera trop cher” a toujours eu le don de me faire marrer…
    En effet, l’ immobilier, l’ investissement le plus important d’ une vie, pour une grande majorité d’ entre nous, a augmenté de 140 % en dix ans tandis que nos salaires eux ne pouvaient malheureusement pas suivre à ce rythme éffréné…
    Maintenant que la fête est finie, que la crise commence tout juste à se répandre, l’ acheteur a enfin repris la main.
    L’ irrationelle flambée des prix alimentée par la spéculation est terminée.
    Je me réjouis de cette proche période où les choses vont , pour un bon moment, revenir un peu à la ‘ normale ‘.
    Merci à patrick et christophe .

  2. dd 1 décembre 2008 à 00:10

    Alors pour faire vivre ses adhérents (les agences immo) la FNAIM devrait arrêter ses discours haussiers et mensongés sur le mythe de la pénuerie. (pénuerie de logements sociaux, c’est tout, car des logements neufs constuits et vides ne trouvant aucun preneurs on en a aujourd’hui environ 180 000. Sans compter les derobien sans locataires. Sans compter le nombre impressionnant de logements dans l’ancien à vendre ne trouvant aucun preneurs. Et de l’autre côté une demande solvable et des investisseurs volatilisés.
    Parce qu’il laisse espoir aux propriétaires désespérés qu’ils vont vendre aux prix affichés actuels (c’est à dire hors de prix et surrestimé ). Du coup les prix affichés ne baisses pas. Les acheteurs potentiels savent que le krach (-50% c’est pour bientôt et donc ils ont raison d’attendre.
    Mais pendant ce temps, et bien..
    le marché reste bloqué et chacun reste sur sa position. Au lieu de dire la vérité et enfin de faire débloquer la situation ils font tout l’inverse.
    Je ne les comprends pas du tout. Ils sont en train de se mutiler bêtement.C’est affreux mais ça me fait marrer.

  3. rene 1 décembre 2008 à 00:20

    Un autre bon conseil , le plus important.
    être réaliste avec les proprios et afficher à des prix raisonnables. Mais si ça les amuse de faire visiter pour rien, juste pour des curieux et bien continuez. Vous finirez par fermer.
    Pour retrouver des acheteurs solvables il n’y a plus qu’une solution . une vrai baisse sérieuses (pas des paquerêtes de -10/-20%). La nouvelle génération n’a pas les moyens. Et même vous les vendeurs vous n’auriez même pas les moyens de racheter votre bien. Alors qui vous l’achèteras à ce prix-là.
    La fête est terminée. Il faut vous réveiller.Et plus vous attendrez et pire seras votre situation. Et si vous décidez finalement de louer vous ferez qu’augmenter l’offre de locationb et donc vous ferez baisser les prix des loyer. Sans parler des risques liés à la loc et des taxes énorme. Alos que vendre sa résidence pricipale est exonérée de plus-value.