Le Blog Finance

Salon de Provence, les prix : – 10 % dans le neuf et – 20 % dans l’ancien

Tgv

Il est assez curieux, en ce moment, de lire la presse quotidienne régionale et de comparer avec le discours rassurant de la Fnaim. Salon de Provence avait flambé avec l’effet TGV, la Provence devait rattraper la région Parisienne, et puis en fait non, en cours de route, il y a eu déraillement. Les prix ont déjà baissé, beaucoup, car les locaux ne suivent pas financièrement. Après, on peut toujours rigoler en voyant les A.I. se ranger du côté des acheteurs  en condamnant l’attitude des vendeurs ayant surévalué leurs biens, de 20 à 25 % (je retourne ma veste toujours du bon côté). 

Selon Michel Gasnal, agent immobilier salonais "le marché s’est détendu. Cela ne correspondait plus à rien. Aujourd’hui, nous sommes revenus à la juste valeur des biens et donc à leur juste prix. On rejoint la réalité.". La réalité ? Ils sont marrants ces A.I. avec leur "la baisse est finie", ce n’est que le début et ils font tout pour rassurer !

LaProvence.com : "L’atterrissage en douceur des prix de l’immobilier salonais"

 

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. Analyst 18 avril 2008 à 10:57

    Pour etre franc , les prix dans le sud de la France sont ridiculement haut.
    Les salaires dans le Sud sont bas, de meme pour les loyers mais les prix des maisons sont au meme niveau que la region parisienne ou les salaires sont de 30% a 40% plut haut.
    s’il y a une chute de 30% a 50% c’est bien dans le sud…sans aucun doute.

  2. bill 18 avril 2008 à 21:45

    la fnaim; évidemment qu’ils nous racontent des histoires…Dailleurs une inflation comme on connait non suivie d’une réévaluation des salaires, dur dur, de plus l’inflation ne fait que commencer au niveau des 3% selon les médias, la vérité quoi qu’on veuille nous faire croire c’est que “les balances sont faussées” on est bien au dessus,aussi comme il sera difficile de rester à 3% il faudra bien admettre bientôt les 5%. Et les salaires toujours bloqués, non ça ne peut pas s’arranger…

  3. dd 19 avril 2008 à 09:13

    effectivement, j’habite à côté d’Aix-en-provence et je constate que plus rien ne se vend. Je vois toujours les mêmes annonces depuis 2 ans avec correction à la baisse mais pas d’acheteurs.
    Ces prix ne sont qu’une vitrine fantasmatique et ne reflètent pas du tout la réalité du marché.
    Pour le mythe de l’anglais qui achète à n’importe quel prix c’est râté.
    Les anglais de la région ont achetés au moment où c’était pas cher. Eux aussi ils veulent faire de bonnes affaires.
    Et au faite une petite précision. Si je regarde l’évolution du cours (euro/livre streling) je m’aperçois que depuis août 2007 l’euro a pris 20% par rapport à la livre et donc l’achat en France leur coûte 20% de plus depuis aout 2007. Là ça bouleverse tout.

  4. Krach en stock 19 avril 2008 à 13:54

    Lu dans le journal Marianne de cette semaine (page 53).
    ” KRACH EN STOCK
    N’en déplaise aux agents immobiliers et aux notaires, qui tel Jean-Pierre Gaillard ignoraient la sombre évolution de la bourse, le marché immobilier français s’apprête à entrer dans sa phase de baisse. Pourtant les mauvaises nouvelles sont là, et bien là.
    Après avoir déjà atteint l’Espagne, l’Irlande et le Royaume-Uni, l’éclatement de la bulle américaine devrait toucher l’Hexagone d’ici peu. Selon les calculs du FMI, en France, les prix de l’immobilier sont surévalués d’au moins 20%. Plus encore que les crises sur les marchés d’actions, d’obligations ou de tous autres actifs, celles touchant l’immobilier sont très contagieuses. Il semblerait logique pourtant que le prix d’un bien comme les maisons, par définition non exportables, obéisse à des évolutions purement nationales, voire régionales. Ce n’est pas le cas. Les facteurs de contagion, qui ont pour origine la défaillance des acteurs de l’immobilier, des banques internationales ou des fonds spécialisés, écrasent les facteurs spécifiques de chaque marché immobilier.
    Une bonne nouvelle pour les enfants de baby-boomeurs jusqu’à présent exclus d’un marché de la pierre devenu inabordable.
    Emmanuel Lévy ”

  5. gabelle 19 avril 2008 à 21:23

    bonsoir, pouvez vous lecteurs du blog me rendre un service; je vous explique j’ai une amie qui vit en location a salon en provence son bail finit octobre 2008. donc elle veut acheter, elle a vu que des trucs minables hors de prix, j’ai beau lui dire attends ça va baisser. en + salon ya rien ,aucune industrie ni cadre extraordinaire, qui peut justifier ces prix exhorbitants a part la base aerienne et la prison donc je lui ai dit negogie minimum a 40 % de moins les prix pratiqués elle est tetue la carole , on lui dit c’est pas loin de aix salon bla bla bla vous connaissez le discours haussier, bref son banquier veut lui preter sur 30 ans la pauvre , j’ai eu beau lui dire quelle allait foutre sa vie en l’air rien n’y fait , moi elle me croit guere , mais vous peut etre je vais lui redonner le lien de ce site de maniere a lui rapeller la vrai realité des choses, en esperant….