Le Blog Finance

Renationalisations et pertes de souverainetés

Images "Il faut faire le ménage, demander conseil a Vladimir P de Russie, homme de l’année 2007 selon le Times, lui a le secret de passer de l’état de faillite a l’état d’opulence… Ses secrets:
1/ créer une unité nationale basée sur des valeurs communes et créer une opposition sur ces dites valeurs(Pour Russie= nationalisme/ Pour US, la lutte pour la démocratie, nouvelle religion du 21 siécle)
2/ faire une guerre pour oublier la misère (Russie= tchétchénie; pour US=Iran)
3/ reprendre ce qu’on t’as volé: jeter en prison les "salauds" qui t’ont piqué la richesse nationale ou qu’ils t’ obéissent (Russie= pétrole, gaz et autres matières premiéres Ioukos et khodorskoski, Abramovitch et ses milliards pour aider la toundra russe…/ US jeter en prison les "salauds" qui ont délocalisés en Chine les grandes marques américaines comme Nike, Reebook, Bell etc la liste est longue)
4/ Définir une liste de secteurs stratègiques pour l’économie nationale ou tu limites les investissements étrangers pour mener une politique d’investissement adéquate sur ton territoire national et a l’international qui défendent QUE TES INTERETS
5/ Mettre en place des barrières douanières pour faciliter la consommation de tes produits et qui résorbent ton déficit budgétaire.
6/ Savoir dire merde à tous ceux qui pensent que c’est pas très bien comme méthode (Russie=UE et US / US= Chine et autres pays ateliers)
7/ Tu deviens l’homme de l’année (Russie=Poutine, US=?) Voila pour la recette ou comment resolvabiliser d’un coup un état et des menages! C’est pas une methode très soft mais c’est un concept qui marche! Bon courage messieurs parce que c’est pas gagné!! Le système financier et économique mondial actuel nous mène a la perte donc 2008 est soit l’année du changement soit l’année d’une mort douce et sous perfusion (sous forme de cash) chinoise arabe voir russe, mais d’une mort certaine."

Effectivement, la réaction de cet internaute Moscovite nous montre la voie qu’on choisit la totalité des pays du tiers monde qui se sont sortis des crises importées par le modèle économique néolibéral, et le consensus de Washington. Faire le contraire de ce que l’on a fait jusqu’à présent, et qui était prêché par les frères Dupont-Dupond, le FMI et la Banque mondiale.
En même temps, ce n’est pas une intervention, quoiqu’on en pense dénuée d’intérêt.
Quelques remarques cependant. Faire la guerre, si la décrépitude intérieure continue, n’a aucun sens. Les déboires de deubleuiou en Irak et en Afghanistan le démontre.
Défendre les intérêts nationaux devraient être effectivement une priorité, même si cette politique nuit à quelques intérêts particuliers très puissants, qui s’en repaissent.
Quand aux politiques de privatisations, elles n’avaient finalement comme but que d’enrichir quelques copains-coquins, qui devraient légitimement rendre gorge.
En effet, s’attaquer à une refondation aussi de l’opposition semble urgent. Une telle impotence/impuissance/connivence, en fait des potiches…
Toutes ces solutions, ont souvent été appliquées d’ailleurs par le passé. Il ne faut pas oublier que l’intérêt du 1 % le plus riche de la population ne correspond pas souvent, pour ne pas dire jamais, à ceux de la collectivité.
La faillite qui suivra la crise subprime/financière/économique a une équation bien plus simple : changement pacifique/violent de politique économique ?
Car les dénégations le prouvent : la crise va être maximale.
Et de toute façon, tout pouvoir politique va buter désormais sur une évidence : avec le transfert des richesses et l’accumulation de celle-ci dans quelques mains, il lui faudra bien se servir.
La crise immobilière, financière et autre que nous vivons est une crise avant tout politique.

Partager cet article

Article de

Gestionnaire de portefeuille sous mandat et gérant d'ACGest (www.fenetre-sur-cours.com)

2 commentaires

  1. Mi 24 décembre 2007 à 11:48

    il faut etre tres prudent avec l’analyse eloignee d’un pays qui ne l’est pas moins.
    il faut etre un sacre specialiste en geopolitique pour se prononcer comme vs le faites.
    je trouve votre analyse tres… legere.
    l’equation est pourtant pas si legere: un pays le plus grand du monde + des ressources naturelles qui aiguisent l’appetit des voisins + des populations limitrophes qui voudraient bien quelques terres en plus + une unite nationale a reconstruire + une guerre des clans au sein de votre gouvernement + une sortie de crise financiere + un etat et autorite a retablir = 141 Mln de bouches a nourrir + un ordre a retablir.
    M Poutine n’est certainement pas un ange (nos dirigents non plus) mais je lui donne un 18/20 en Maths.
    a noter que mon msge est lui aussi un raccourci car la situation est tres complexe.

  2. patrick 24 décembre 2007 à 13:17

    n’etre pas un ange est secondaire. Faire vivre 141 millions de personnes c’est le primordiale.