Le Blog Finance

Mouillart : je suis le dernier des Mohicans, des haussiers quoi (1/3)

5748754545C’est la grève, elle a coûté cher, ruiné une fois de plus les petites boites et pollué, mais détendons-nous, si possible (pas évident). "Dans la dernière édition de l

Partager cet article

Article de

21 commentaires

  1. pascal 19 novembre 2007 à 21:02

    Trouvé sur le forum des Echos ….
    ” 360manu a écrit:
    > M. Mouillart,
    > c’est bien celui la même qui pronostiquait le 16.12.89 (le monde) ”
    > Dans ces conditions, il serait vain d’attendre ” un ralentissement marqué des hausses de prix “, qui est ” peu probable ”
    Bien vu, 360manu, le lien aux archives du Monde: http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=669793

  2. Charlène 19 novembre 2007 à 21:25

    Bonsoir Marie,
    Pas étonnant que la France décline,quelle soit la dernière de la classe en Europe avec un tel professeur d’économie!!

  3. Charlène 19 novembre 2007 à 21:44

    Mr Mouillart a gommé le surendettement en progression en France, 15% des ménages soit 7,5millons de français disent avoir des difficultés a rembourser leurs dettes et en cours procédure de désendettement à la banque de France, (la suite de l’article est à lire sur le site de “l’expansion”)
    A t-il eu comme élève Madame Lagarde “bonnet d’âne des ministres de l’économie de l’eurozone” et sur la scène internationale les plus critiques ironiseront sur le fait que ce classement n’est que le reflet de l’inconsistance et de son incapacité.
    >budget 2008 déficit +41 milliards
    15 milliards de cadeaux fiscaux et d’assistanat pour les plus riches + la réformette des régimes spéciaux qui va couter très cher aux contribuables et aux générations futures.

  4. Marie 19 novembre 2007 à 21:56

    Tu sais Charlène, il y a de très BONS profs d’éco à Nanterre, mais les gens qui sont excellents, on ne les cite jamais, on ne leur donne jamais la parole.
    On nous étale, tout comme en URSS, tjs les mêmes “abrutis” douteux dans bcp de domaines, mais les vrais experts et les gens brillants, 1. sont dans des sitauatiosn professionnelles précaires, 2. sont inconnus du grand public.
    Et 3. les journalistes qui s’écratent du schéma et essaient de fouiller un peu sont saqués, écartés.

  5. Marie 19 novembre 2007 à 22:12

    Lagarde :
    “A t-il eu comme élève Madame Lagarde “bonnet d’âne des ministres de l’économie de l’eurozone”
    Dans quel pays civilisé on met une juriste, aussi brillante soit-elle, à la tête d’un ministère de l’Economie ? Regardez le parcours des ministres dans d’autres pays ?
    Et chez nous ils, ne disparaissent pas si par miracle ils ont été bien choisis la première fois.
    Douste-Blazy a été ministre de la santé, la encore il y avait une logique dans le casting, mais
    La France est un pays arriéré sur le plan politique et trop gaté car on consomme français partout dans le monde, alors on a les moeyens (plus pour longtemps) de ces caprices.

  6. Marie 19 novembre 2007 à 22:13

    Mouillart :
    Comme il n’a personne pour le contredire, il continue à dire des choses à dormir debout… Qui demain va l’allumer dans la presse suite à cette déclaration ? QUI ? Comme celà se serait fait ailleurs dans un pays occidental démocratique ?

  7. et à propos de M.... 19 novembre 2007 à 22:14

    Mouillart :
    Comme il n’a personne pour le contredire, il continue à dire des choses à dormir debout… Qui demain va l’allumer dans la presse suite à cette déclaration ? QUI ? Comme celà se serait fait ailleurs dans un pays occidental démocratique ?

  8. cateri 20 novembre 2007 à 11:07

    Ecrit par Charlène
    “Mouillard a t-il eu comme élève Madame Lagarde “bonnet d’âne des ministres de l’économie de l’eurozone” et sur la scène internationale les plus critiques ironiseront sur le fait que ce classement n’est que le reflet de l’inconsistance et de son incapacité”
    On peut ne pas apprécier Mme Lagarde mais on peut néanmoins tenir un langage respectueux.
    Mme Lagarde n’est peut-être pas à sa place (et encore qu’en sait-on vraiment? on reproche aux Français leur médiocrité en négociation, une experte dans ce domaine peut peut-être nous être utile)mais peut-être faut-il aussi rappeler quelques évidences:
    - Mme Lagarde est un ancien chef d’entreprise expérimenté. Sur les contraintes du privé et les lois du marché, je pense qu’elle en connaît un rayon.Par rapport à son profil professionnel, elle n’allait tout de même pas se mettre au service d’un gouvernement de gauche. Sarkozy a une ambition de réforme, on peut comprendre qu’elle ait été tentée.
    Par ailleurs, après plus de 20 ans de vie aux US, elle aurait aussi très bien pu ne jamais revenir en France, trouvant ces Français vraiment indécrottables avec leur vision de société comparable à celle d’un écosystème fermé.
    Rien que pour sa décision de revenir en France, tenter de faire profiter le public de son expérience du privé en particulier de la négociation, de renoncer à un job en or payé des fortunes aux US pour venir faire en France un job difficile entre des Français qui la villipendent et des baronnies qui à Bercy entendent bien défendre leurs situations: je la respecte.
    Tout cela pour un salaire faible (cela fera hurler les smicards, mais compte tenu du stress et des responsabilités,je maintiens qu’il est faible).
    Elle n’était pas obligée d’opter pour cette situation. Une vie probablement plus confortable l’attendait ailleurs.
    - nous avons un régime présidentiel ou dit autrement et tout le monde a pu le constater, les ministres ont intérêt à se faire uniquement la voix de leur maître
    Je ne suis pas sûre que Mme Lagarde ait une quelconque latitude dans ses actions et ses décisions. Certes, elle n’est pas obligée de rester.
    J’ai bcp de compassion pour elle car je pense qu’elle a lâché son job aux US pour tenter de mettre ses compétences au service de la France. Peut-être n’a t-elle pas le profil le plus adapté mais la France a besoin de gens qui viennent du privé, qui connaissent l’entreprise et maîtrisent le jeu (en apparence) libéral des US et dont nous sommes trop souvent victimes car trop naïfs.
    Par ailleurs, je suis persuadée qu’elle doit tous les jours, pour un ancien chef d’entreprise avoir l’estomac en vrille au vu de la politique qu’elle doit appliquer et qu’elle doit également se demander chaque matin ce qu’elle fait là, que ce soit pour le paquet fiscal ou autre chose.
    Evidemment que son discours à Bruxelles et ailleurs était inconsistant. Elle n’était rien d’autre que la “chair à canon” de notre Président. Et à ce niveau, jouer le rôle de la chair à canon, surtout avec son gabarit, je pense que cela ne doit pas passer du tout. J’aimerais bien avoir son sentiment en privé sur tout cela.
    Enfin, n’oublions pas que plus de 20 millions de Français ont voté Sarkozy (et pas que des bénéficaires du paquet fiscal même s’il est évident que cette perspective a bcp aidé).
    Ensuite, nous avons tout une catégorie de personnes qui bloquent le pays en ce moment ou s’apprêtent à le bloquer. Pensez-vous que ces personnes aient voté Sarkozy? Cela m’étonnerait.
    Alors entre ceux qui ne pensent qu’à leur portefeuille et sont incapables d’avoir une quelconque ambition pour la société, les anarchistes (jeunes générations de surcroit, en nombre limité mais au pouvoir de nuisance élevé) qui ne cherchent aucunement à négocier ou à positiver mais juste à créer la confusion, pauvre France!
    Même mes enfants pourtant pas bien vieux, me disaient hier combien les gens étaient de plus en plus mal élevés dans la rue, ne disant jamais merci et qu’ils trouvaient que la situation se dégradait vite.
    Cela, je le constate tous les jours et lorsqu’un enfant de 6 ans m’en fait la remarque, à l’échelle de sa vie, cela me fait un choc.
    Après la grande grève de la fonction publique, il n’y aura plus besoin de beaucoup forcer la nature pour que la récession soit au rdv en 2008. C’est bien ce que nous souhaitons tous n’est-ce pas?
    Pour conclure, celui ou celle qui a eu des responsabilités de management sait que pour chaque personne il y a des compétences intrinsèques (indépendantes du contexte) et des compétences qui s’expriment dans un contexte spécifique.
    Je ne suis ni pour ni contre Mme Lagarde. Je pense juste que cette personne a une vie professionnelle dans laquelle elle a eu l’occasion de faire ses preuves. Elle n’en est plus au stade du jeune débutant qui doit avaler des couleuvres pour progresser.
    A mon humble avis, elle doit de plus en plus penser à l’achat de son billet d’avion. Et si j’étais elle, c’est probablementc e que je ferais, me donnant encore quelques mois avant de prendre une décision irréversible.
    Avec cela, la France aura encore progressé dans son processus de découragement de gros calibres du privé tentés de rallier l’administration. On ne peut pas dire que les expériences menées jusqu’ici aient été concluantes.
    Bonne journée,
    Bonne journée,

  9. Charlène 20 novembre 2007 à 12:38

    Bonjour,
    Merci Cateri pour cette mise au point, mes propos n’avaient pas pour objectif d’être irrespectueux vis à vis de Madame Lagarde, j’ai repris le titre de “l’expension” c’est très maladroit de ma part et je n’ai aucune animosité contre elle.Mais cela a permis d’en débattre.
    Je regrette que la France encore une fois ai loupé l’occasion de se réformer en profondeur,dès le mois de juin, c’était beaucoup plus urgent que de donner du pouvoir d’achat à ceux qui en possèdent déjà, et cela va entrainer des conséquences graves.c’est la raison de mon amertume,
    >Madame Lagarde n’est pas la seule responsable de cela.
    Les “réformes” des régimes spéciaux vont couter très chers, conséquences, le secteur privé devra travailler encore plus pour financer nos retraites et avec des pensions toujours plus faibles.
    Bonne journée
    Cordialement,
    Charlène

  10. Cébibi 20 novembre 2007 à 15:50

    Excuse-moi Cateri mais un ministre de l’économie qui considère que contre le pétrole cher la solution c’est l’usage du vélo on croit rêver.
    C’est la réponse la plus minable que j’ai entendue depuis longtemps de la part d

  11. cedlethy 20 novembre 2007 à 16:00

    çà fait mal à dire… mais il faut désormais que le pétrole soit cher pour que toutes les alternatives puissent se développer…
    mais il faut que le surplus de rentrées fiscales dues à ce cours du pétrole soit rétribué à ce développement d’alernatives… s’il n’est utilisé que pour faire face au budget normal de l’état, nous allons vraiment vers d’énormes problèmes !!!

  12. Cébibi 20 novembre 2007 à 16:14

    Je suis tout à fait d’accord avec toi cedlethy mais là il s’agit de répondre à des contraintes immédiates.
    C’est vrai qu’un pétrole cher c’est bon pour le développement des énergies durables.
    Mais un baril qui passe trop rapidement les 150-200$ va mettre à genoux nos économies avant que la mutation puisse s’opérer sans drames.
    Dans mon post précédent je mettais juste en évidence une analyse de la situation par Mme Lagarde qui frise le ridicule.

  13. Charlène 20 novembre 2007 à 16:41

    ‘c’est vrai qu’un pétrole cher c’est bon pour le développement des énergies durables.
    *Ce n’est pas le cas, la France ne s’est pas doté des outils et n’a pas les moyens financiers pour mettre en place rapidement des énergies renouvelables et il est a craindre que les solutions adoptées dans l’urgence soient encore plus désastreuses pour l’environnement par l’appauvrissement des sols en raison de cultures intensives pour fabriquer du “bio carburant” et en provoquant la famine des peuples.

  14. cx 20 novembre 2007 à 20:45

    Besoin d’un conseil :
    82 000

  15. cateri 20 novembre 2007 à 21:36

    A Charlène,
    Ouf, cela m’étonnait de vous,
    Bonne soirée.
    A Cebibi,
    Evidemment que la remarque sur les vélos est parfaitement déplacée et qu’on ne peut même pas imaginer comment elle a pu sortir cela. Le Canard Enchainé n’a d’ailleurs pas ménagé Mme Lagarde sur le sujet.
    Ceci dit, si on devait faire monter en mayonnaise chaque remarque débile (pardonnez-moi l’expression) formulée par un politique HOMME, les journaux n’y suffiraient pas pour les rapporter.
    Toujours dans Le Canard Enchaîné dont je suis une fidèle lectrice, vous verrez que les lauréats de “la noix d’honneur” ou du “mur du çon” sont à 99,99 % des hommes avec des remarques qui sont au moins du niveau des vélos de Mme Lagarde.
    Et notre ancien ministre de l’économie, en vélo, dans les rues de Paris, suivi d’une escouade de gardes du corps. Vous ne trouvez pas ça grostesque……
    Bonne soirée.

  16. cateri 20 novembre 2007 à 21:41

    La mesure qui me semble la plus urgente dans ce pays, avant même de chercher à doper l’offre, c’est d’évacuer notre mauvais esprit national, une exception culturelle qui très certainement nous coûte quelques points de PIB.
    Mais, ça, c’est probablement ce qu’il y a de plus difficile et ce n’est pas politiquement correct.
    Mais il est vrai qu’à voir le fonctionnement de tant de personnes (dans la vie quotidienne comme en entreprise)qui utilisent leur intelligence à contrer les autres, on se dit que la France ne manque pas de certains talents…

  17. Marie 23 novembre 2007 à 02:47

    Désolée, mais je n’ai pas répondu plutôt, mais j’ai eu plein de problèmes perso depuis qqs jours.
    “où le m² nous laisse de quoi vivre” à 40 km de Paris, à l’Ouest comm à l’Est ou au sud (le nord je conais moins bien) vous seriez surpris par les prix délirants.
    J’ai vu une ruine dans un village cet-après midi, déjà un peu secouée par la mort de qq’un, je suis revenue en pleurs, démoralisée, il pleuviotait en plus.
    La maison, de ville dans un village, quoi de pire, les murs qui s’effritent, et LE PIRE, la jolie maison avec lierre et jolie porte en bois, c’est celle du voisin ! L’AI a fait exprès et c’est un escroc ! La maison qui est en vente a des murs troués ! Et le prix, supérieur à celui de l’annonce, car je cite : “le propriétaire s’est ravisé”. La maison a été retirée de la vente, vendue, mais l’acheteur a cassé la vente, après l’avoir expertisée. Mais le proprio (ou la nouvelle agence pour décrocher l’afaire, allez savoir), n’a pas froid aux yeux et augmente le prix.
    J’ai vu une belle épave et de beaux escrocs en début de soirée.

  18. Marie 23 novembre 2007 à 03:05

    Rédigé par: cx | 20 nov. 07 20:45:24
    Besoin d’un conseil :
    82 000

  19. cateri 23 novembre 2007 à 11:01

    Marie, bonjour,
    Il a les yeux plus gros que le ventre et ne doute de rien.
    On peut éventuellement appeler escroc un vendeur qui aurait concrétisé une vente à un prix scandaleusement déconnecté des valeurs du marché ou ayant abusé d’une position de faiblesse manifeste de la part d’un acheteur et encore:
    -l’acheteur a le délai Scrivener pour se rétracter
    - + les 45 j. d’obtention du prêt (rien de plus simple d’obtenir un certificat de complaisance de sa banque).
    Si malgré ces deux fusibles, les acheteurs signent et estiment plus tard qu’ils se sont fait avoir, peut-être auraient-ils dû réfléchir un peu plus avant.
    Ensuite:
    1) personne n’est obligé d’acheter à ce prix délirant, ni même de visiter
    2) rien n’interdit de faire une offre à 1/3 du prix si cela correspond au prix que l’on estime.
    Les prix stratosphériques actuels me désolent. Mais à titre personnel, je suis très claire: je ne visite rien et qund bien même je visiterais, je ne ferais aucune offre.
    Les annonces un peu “déconnectées” ne me choquent pas, elles me laissent de marbre.
    J’ai visité à l’été 2006 une maison à la mer (à refaire, presque pas de terrain, en bord de route – certes à 200 m de la plage et avec une vue mer depuis la miocro lucarne du grenier en se contorsionnant).
    L’AI me disait que le propriétaire était démoralisé, espérant au moins une offre. J’ai répondu à l’AI que peut-être la solution n’est-elle pas à chercher du côté des acheteurs potentiels mais du vendeur et que même à 1/3 du prix affiché, je ne ferais pas d’offre.
    18 mois plus tard, même maison en vente (prix affiché -15%) et vendeur encore plus déprimé.
    Pour moi, il y a 2 types de biens:
    - les biens médiocres à prix élevés (dans ce cas si intérêt, faire offre très très en-dessous du prix du mandat)
    - les biens de bonne voire très bonne facture à prix stratosphériques (certes moins atteints en cas de baisse que les médiocres), mais là aussi rien n’oblige à acheter.
    On peut parfaitement décider, même en étant solvable, que les prix sont au-dessus d’un seuil psychologique et que l’on n’achètera pas.
    Il faut se fixer une position et s’y tenir:
    1) soit je n’achète pas et je ne visite rien
    2) soit je suis incertain, je visite pour voir, et sous la pression psychologique (les voisins, les copains, les collègues) je craque.
    Nous vivons dans une société qui marche à l’envers avec des individus qui n’ont jamais autant revendiqué de libertés individuelles mais qui ne cessent de se présenter comme des victimes de la collectivité pour tout, dès lors que le résultat ne correspond pas à leurs attentes.

  20. Marie 23 novembre 2007 à 13:06

    Marie à cateri,
    Tu nous expliques que tu sais tenir ton budget, en remplaçant la nourriture industrielle par ta cuisine, que tu ne visites pas, parce que c’est trop cher.
    Dans l’absolu tu n’as pas tort, mais bcp de gens n’ont pas le niveau nécessaire pour avoir la tête sur les épaules, ou pour analyser les données contradictoires que l’on leur soumet sur l’économie, l’immobilier et ce dernier temps sur l’inflation ou la hausse des taux d’intérêt.
    Il y a des gens qui paniquent, d’autres qui cèdent…
    Et tu oublies que tous ne peuvent pas louer, et doivent acheter. Les fonctionnaires débutants et non cadres, qui ne gagnent pas de quoi se loger, les gens aux revenus irréguliers…

  21. Marie 23 novembre 2007 à 13:13

    Et j’ajoute que certains ne sont pas assez solides psychologiquement dans une société de plus en plus déshumanisée (regardez les relations au travail aujourd’hui et il y a 15-20 ans) qui les déstabilise, pour réflechir à froid.
    Acheter un bien immo, c’est aussi sortir de la précarité, du temporaire, de façon symbolique, bien que coûteuse.
    Certains s’inventent aussi une vie à crédit. Mais les conséquences pèsent sur toute l’économie, et sur les poches des contribuables.