Le Blog Finance

Vers la reprise des parts de l’Etat italien dans Alitalia

Aéronautique Commentaires fermés

Alitalia_global La compagnie aérienne Alitalia a présenté au début du mois d’octobre la liste des éventuels repreneurs des parts de l’Etat italien dans la compagnie nationale. Jusqu’à présent, l’Etat détenait encore 49,9% des parts de la société, et le montant de la capitalisation boursière est proche des 1,2 milliard d’euros. Une liste de six entreprises susceptibles de participer au rachat a donc été établie et comprend Aeroflot, Air France-KLM, Lufthansa, AP Holding (holding de contrôle d’Air One), Baldassarre, et TPG, un groupe d’outre-Atlantique de capital-investissement.

La compagnie russe Aeroflot se dit prête à emprunter jusqu’à un milliard d’euros pour financer cette offre potentielle alors que la compagnie avait été l’une des premières à se retirer des enchères déjà lancées au début de cette année, mais dont le prix pouvait à l’époque paraître élevé: 1,5 milliard d’euros sans compter les investissements post-acquisition. En parallèle, Aeroflot a déclaré lundi un bénéfice en progrès de près de 20% au premier semestre à 115 millions d’euros.

Si la compagnie russe souhaite prendre encore un délai de réflexion de deux semaines, il en va de même pour la plus grande compagnie aérienne européenne, Air France-KLM, qui devrait se prononcer quant à elle dans les jours à venir. Air France-KLM, qui avait démenti s’intéresser à la reprise d’Alitalia il y a une quinzaines de jours, semble donc vouloir rester parmi les candidats potentiels, et ne devrait bénéficier d’aucun appui particulier malgré "sa proximité" avec la compagnie italienne.

Quant au groupe Baldassarre, il serait possible qu’il se rapproche de la compagnie Lufthansa, un autre candidat considéré par Alitalia comme repreneur. Le Groupe Baldassarre, certainement l’un des prétendants le moins connu, mené par l’avocat italien du même nom, semble vouloir présenter des garanties financières importantes en compagnie de Lufthansa, le consortium étant prêt à débourser jusqu’à 1,5 milliard d’euros, et ainsi reste potentiellement dans la course.

Malgré la perte potentielle de 400 millions d’euros pour cette année les candidats semblent nombreux et le repreneur final d’Alitalia devrait être désigné avant le 10 novembre.

Partager cet article

Article de

Les commentaires sont fermés