Le Blog Finance

Fed : l’actuel président et son prédécesseur d’accord

75765664Hier, tant Ben Bernanke qu’Alan Greenspan, respectivement l’actuel patron de la réserve fédérale américaine et son prédécesseur, se sont exprimés sur les marchés et la croissance. Si le point de vue du second n’était plus qu’officieux, rappelons simplement que lorsqu’il éternuait le Dow Jones retenait son souffle…

En substance ils tenaient le même discours, mais dans un langage plus policé pour l’un que pour l’autre. Bernanke indiquait que les marchés allaient s’améliorer et que les perspectives de bénéficier d’une croissance modérée augmentaient. Il s’attendait cependant à une aggravation de la crise immobilière qui formait un "frein significatif à la croissance".  Greenspan  quant à lui  estimait que les "risques d’une récession de l’économie américain étaient inférieurs à 50%" et que "le pire était à venir sur le marché immobilier". Sans vouloir faire de raccourci excessif, c’est malgré tout la répétition de l’histoire du verre à moitié vide  ou à moitié plein. 

En bref : il est trop tôt pour évaluer les conséquences de la crise immobilière US sur l’économie et la croissance, mais elles ne sont pas positives. Bien que le spectre de l’inflation revienne, selon Ben, il fallait ouvrir les vannes du crédit pour éviter une crise monétaire plus grave encore. Pourtant il annonce que la crise immobilière continue de s’aggraver. Se traduira-t-elle par une récession ou bien par un "simple" ralentissement de la croissance ?

Pour Greenspan, les constructeurs commencent à brader des logements neufs et vacants, ce qui pèse sur la construction mais aussi sur la valeur des biens immobiliers.

Surtout, il considère que la faiblesse extrême du dollar pourrait générer un point de croissance supplémentaire au troisième trimestre. A presque 1,42 usd pour un

Partager cet article

Article de

17 commentaires

  1. pietranera 17 octobre 2007 à 08:47

    dans l’ordre : le bon la brute et le truand.
    l’heure est grave pour qu’ils s’y mettent tous les trois. Avec 70 000 $ de dettes par habitant, c’est clair qu’ils ne rembourseront jamais. Il faut interdire l’usage du Dollar en dehors de US, sinon ils vont écrouler le monde sous des flots de billets vert sans valeur.

  2. Astral 17 octobre 2007 à 09:54

    C’est mal connaitre les USA que de dire ca, pietranera.
    N’as tu pas remarqué combien le petrole avait augmenté, notament ces jours ci ? On parle maintenant assez ouvertement d’un baril a 100$ a moyen terme.
    Or, plus le petrole augmente et plus… la dette americaine fond !
    De maniere generale, plus les matieres premieres augmentent, et plus la dette US diminue. Pour une raison toute simple : tous ces echanges au niveau mondial se font… en dollar !
    Donc pas de probleme pour eux a l’avenir, il leur faut “juste” mettre la main sur les matieres premieres (aller en Irak en fait partie evidement, et maintenant ils lorgnent sur l’Iran) et, surtout, imposer les echanges de ces matieres premieres en US$.
    Et c’est bien la le “probleme” posé par l’Iran. L’Iran dispose d’un des plus grand gisement de la planette, d’autant plus qu’ils puisent chez leur voisin Irak en faisant des forages obliques qui traversent la frontiere :)
    Il faut savoir qu’en avril 2006, l’Iran avait voulut créer la premiere bourse Petrole en euro. On sait comment les USA ont reagit a cette epoque et l’Iran a fait machine arriere.
    Tant que le petrole s’achetera en US$, les USA seront tranquilles, ils n’auront qu’a augmenter le prix du baril. Des prix à 200 voir 300$ ne sont plus une utopie pour le futur.
    A noter qu’un des pays qui serait le plus touché par une augmentation du petrole est .. la Chine, et c’est la chine qui detient l’essentiel des creances americaines ! Avec sa croissance completement delirante, elle est egalement le plus gros consommateur de petrole au monde, et n’a aucune reserve..
    A+
    /A

  3. ht 17 octobre 2007 à 10:21

    Excellente analyse Astral, C’est exactement cela.

  4. jmdesp 17 octobre 2007 à 11:56

    Sauf que la chine utilisera le charbon à la place, et elle a des réserves assez considérables.
    Les 20/30 prochaines années seront celles du retour du charbon, c’est déjà le cas au vietnam qui ne peut plus payer le pétrole, ce sera le cas un peu partout, et tant pis pour le désastre écologique que cela va occasionner.
    Après dans 40 ans, on aura plus de charbon non plus, et là … Soit on aura développé le solaire à la place, soit ça va mal se passer.

  5. bear 17 octobre 2007 à 12:21

    Vos scénarii, pour intéressants qu’ils soient, restent décalés de la réalité et relèvent un tout petit peu trop du “grand complot”.
    Mon propos ne veut pas pour autant faire des américains ce qu’ils ne sont pas, des anges. Cependant, il faut savoir qu’il existe plusieurs sources et méthodes pour obtenir du pétrole. Elles ne sont pas utilisées pour l’instant car beaucoup plus chères que le baril (je rappelle que le coût de REVIENT d’un baril est d’environ 2,5 usd).
    Mais si les prix du brut continuent de monter, jusqu’à 100-110 usd par exemple, ces méthodes et ressources deviendront rentables, et notamment la production de pétrole issu des schistes bitumineux.
    Et là, deux faits sont importants :
    - les réserves estimées en énergie fossile de ce type permettront de “consommer du pétrole” au moins jusqu’en 2150… On est très mais très éloigné du scénario catastrophe “plus de pétrole”
    - la nation qui dispose des plus grandes réserves de schistes bitumineux au monde, ce sont les Etats-Unis…

  6. ht 17 octobre 2007 à 12:53

    Je ne pense pas, pour ma part, qu’il y ait “grand complot”. Il y a juste des rouages economiques dont l’objectif est de maximiser les profits. Mais il est clair que les matières premières sont indx sur le dollars. Et lus se dollar baisse plus leur dette leur reviens moins chére. C’est un peux comme leur ressources en bitumeux. Cela vaudras de l’or dans moins de 30 ans.
    C’est ca la guerre economique.

  7. Benjamin 17 octobre 2007 à 13:08

    Je me pose vraiment la question du commentaire d’Astral. A mon avis, ils sont comme nous, leur déficit provient en grande partie de leurs importations. Soit entre autre l’énergie. Alors comme les échanges se font en dollars, l’augmentation du baril se répercute directement sur la dégradation de leurs déficits.
    Je ne voudrai pas manquer de respect, mais je pense que ton raisonnement ne vaut pas deux centimes. A défaut d’avoir un raisonnement logique de ta part expliquant ton point de vu, la logique des choses voudrait que ce soit l’inverse. Plus les matières premières et énergies augmentent, plus la dette des US augmente.
    Après, sur le long terme, cette hausse va générer de l’inflation, ce qui va d’une certaine manière dévaloriser le capital emprunter. Ce phénomène va être bénéfique au USA et peu d’une certaine manière valider ton point de vu. Toutefois, tu oublies que cette inflation va se répercuter sur les taux directeurs, et les nouveaux crédits que les US feront, seront plus chères.
    En résumé, cela serait une bonne nouvelle pour les US (et pour nous d’ailleurs) si les équilibres budgétaires de nos états étaient équilibrés. Avec un peu de temps et de l’inflation, nos dettes “disparaîtraient” d’elles-mêmes

  8. ht 17 octobre 2007 à 13:23

    Je vais prendre un example simple :
    tu as acheter du petrole il a 6 mois et tu paye maintenant. C’est une perte pour le vendeur pas pour l’acheteur. En plus tout se que tu as acheté a terme vaux moins chere si ta monnaie dévalue. sauf si tu t’es garanti sur les marchées a terme ( et encore se sont toujours les institutions financière qui prennent les coms sur le % de la transaction du coup plus les transactions sont elevé plus il y a de coms).
    ca n’est pas si simple. il faut voir a qui cela profite et dans quelle condition.

  9. bubure 17 octobre 2007 à 14:39

    il vaut mieux le baril a 88 dollars que 88 euros ! il faut donc se ravitailler en dollars . la chine devrait investir dans des rafinneries . qu’attend elle le feu vert amerciain ? de toute facon les ricains ont une quinte floche , quoi qu’il arrive ils ont le dernier mot . 1ere puissance militaire ( 22 portes avions) + controle de la production des matieres premieres , utilisation par tous de sa monaie (meme de singe) . juste des planches a billets . il faudrait verifier les quantites d’or des differentes puissances pour boucler la boucle . la fin de l’empire n’est pas pour ce siecle . bien vue les states . le but est d’etre le plus gros pour ne pas etre bouffe tout cru comme l’irak par exemple et bien d’autres

  10. cateri 17 octobre 2007 à 15:51

    Bonjour Benjamin et merci pour ces précisions utiles.
    En complément:
    Effectivement le sschistes bitumineux constituent une ressource stratégique pour les US, d’autant plus qu’ils se trouvent massivement au Canada si mes souvenirs sont bons.
    Autre point: 80% des réserves mondiales de charbon sont localisées en Chine, mais là aussi pas toujours sous une forme facilement exploitable (boue de charbon pour faire simple)
    Certes, avec l’envol du prix du Brent, l’exploitation des schistes et du charbon chinois peuvent devenir rentables. Toutefois, c’est oublier aussi que l’extraction d’un brut ou d’un charbon “purifié” ne sont écologiquement pas neutres du tout (résidus de traitement, etc.)
    Je reste persuadée que nous n’avons à terme pas d’autre alternative que d’économiser le pétrole pour en faire une matière première pour des produits manufacturés et utiliser des alternatives pour les transports et le chauffage.
    Et en ce qui concerne spécifiquement la France, je n’aspire qu’à une chose, c’est que le gouvernement prenne enfin des mesures drastiques visant à économiser l’énergie (bien au-delà des petits prêts verts à taux 0 pour compenser le surcoût du écologiquement correct), cad des mesures très incitatives ou pénalisantes (modulation du coût de l’énergie en fonction du niveau de consommation du bâtiment, diagnostics énergétiques, individualisation des consommations dans les copropriétés….)
    Nous ne pouvons plus continuer à nous comporter comme des enfants gâtés (par ex: mettre le chauffage le 5 octobre quand il fait 15° dehors, etc)

  11. ht 17 octobre 2007 à 16:18

    Bien vue Bubure, c’est clair que les ricains ont toutes les cartes en mains et en plus c’est eux qui mène la dance.
    Pour se qu’il sagit de leur reserve d’or, il suffit d’en augmenter le prix pour retrouver l’equilibre.
    Ils sont trop bon et trop fort en buisness. C’est comme le pocker soit tu suis soit tu passe.

  12. hudson 17 octobre 2007 à 17:47

    L’armée américaine vous fait peur?
    A quand remonte sa dernière intervention réussi?
    Irak ? très paisible je vais y passer mes vacances
    Afghanistan? miam…
    Rappelons nous la Somalie… gros coup d’éclat, le vietnam? battu par la puissance la plus pauvre de la planete…
    Revenons sur terre l’armée américaine ne fait plus peur à personne. Et certainement pas à la Chine…

  13. Benjamin 17 octobre 2007 à 18:08

    En effet, certains commentaires font référence à la théorie du marché “le prix ajuste l’offre vis à vis de la demande”. C’est à dire que l’augmentation du prix du pétrole va rendre compétitif la production de nouveaux gisements. Entre autre les bitumes du Canada et du Venezuela, mais aussi les gisements dasn les grands fonds marins. Si on reste candide, ces gisements non conventionnels permettent (je n’ai plus les chiffres/estimations exacts en tête) de doubler les ressources mondiales.
    Cependant, il faut faire attention que dans le domaine de l’énergie, il existe une limite, et cette limite correspond au coût énergétique pour produire un baril.
    Je m’explique : Actuellement pour un baril produit, environ ¼ de ce baril est utilisé pour permettre sa distribution (extraction, raffinage, transport aux points de ventes). Ce ratio est même de 15% pour les pétroles arabes et ceux de la mer du Nord.
    En ce qui concerne les gisement bitumineux, ce ratio passe à 60% (estimation des pays et compagnies pétrolières exploitants ces gisements

  14. nicobos 17 octobre 2007 à 22:01

    “Plus le pétrole monte plus le dollar baisse”… Je ne comprends pas du tout !
    Je dirais que si le dollar baisse, alors les achats étant toujours les mêmes, la valeur d’un baril reste la même en valeur absolue, et donc il faut plus de dollars pour en acheter, car le $ baisse !
    d’ailleurs les pays producteurs avaient annoncé la hausse de leurs prix !
    baisse du dollar : les US n’ont pas le choix,ils subissent cette baisse
    La Chine par contre voit son stock de devises US baisser en valeur
    Donc c la Chine qui finance l’économie US !
    d’où la volonté de la Chine d’acheter de l’euro (en supposant que le dollar continue de baisser), ou même, plus sécurisant : acheter de l’or ! d’où flambée de l’or en ce moment…

  15. Astral 18 octobre 2007 à 09:00

    Bonjour,
    “Plus le pétrole monte plus le dollar baisse” : moi je n’ai pas dis ca. C’est meme l’inverse car le dollar etant la monnaie d’echange des matieres premieres (petrole, gaz naturel), les états sont obligés de s’approvisionner en $ pour acheter du petrole, et c’est comme si le dollar lui meme etait une matiere premiere.
    Resultat : matieres premieres qui montent = $ qui monte.
    En theorie, on voit bien que c’est l’inverse qui se passe depuis deux ans (le petrole monte mais le $ baisse face aux autres devises comme l’euro). Il y a donc d’autres facteurs economiques qui influent sur le $, plus court terme (crise subprime, taux directeurs, etc…).
    Pour revenir a la dette americaine, en faisant un raisonnement tres rapide (mais qui est vrai dans les grande lignes) : les USA ont une enorme dette emise sous forme de bons aux tresors dont 75% sont detenus par des pays asiatiques emergents dont 50% rien qu’a la Chine. Les USA sont aussi le seul pays au monde qui paye sa dette dans sa monnaie, elle meme etant la monnaie d’achat des matieres premieres. Je n’ai pas les chiffres en tete mais les echanges annuels gaz+petrole sont tres tres tres largement les plus gros echanges en volume d’argent.
    Resultat : si les USA veulent honorer leur dette, ils font marcher la planche a billet (ils emettent de nouveaux dollars). Mecaniquement, ces nouveaux dollars auront une valeur inferieur a la valeur du $ avant l’emission, donc le cours du $ baisse. Pas de probleme si en parallele le cours du petrole+gaz augmente (car en consequence le $ monte, cf 1ere phrase).
    Ce qui est clair c’est que c’est la Chine qui finance la dette, mais ce qui est clair aussi c’est que c’est une dette virtuelle qui ne sera jamais payée, sauf en cas de cataclisme economique. En attendant, il y a un accord tacite entre USA et Chine : achetez moi mes bons aux tresor et je m’engage a vous fournir du petrole pas trop cher. La chine de son coté ne pas faire autrement. Son regime (totalitaire) ne tient que parce que le niveau de vie des citoyens chinois augmente regulierement (grace a la croissance), sinon c’est la guerre civile.
    Autre chose : pour le moment le Chine n’a pas d’interet a acheter en euro le petrole. S’ils faisaient ca il y aurait deux consequences immediates: 1. le dollar s’effondre (et donc la dette US aussi et la chine n’aurait rien a recuperer), 2. Il perdent le marché interieur US (leur plus gros marché de loin!!) et leur croissance est stoppée nette.
    On le voit, tout est en equilibre mais ca tient bon :)
    Je rappelle que Sadam Hussein avait imposé les echanges en euros de son petrole des 2001. Quelques mois plus tard, les USA rentraient en guerre. De meme, l’Iran avait annoncé la meme chose pour mars 2006, avant de faire machine arriere.
    Si on venait a remplacer le $ par l’euro dans les echanges en $ alors tous les pays se defausseraient de leur $ et mecaniquement il s’ecroulerait.
    Les USA n’ont donc qu’une strategie : controller toutes les ressources energetiques de la planette. Cela passe par des conflits armés (Irak, Iran?).
    Cependant, la guerre en Irak a un cout. Pour le moment ca a couté 1500 Milliars de $. Une part non negligeable de la dette actuelle US : 9000 milliards de $.
    Concernant les residus bitumeux, la plus grosse partie ne se situe pas aux USA mais au Canada.
    Je ne dis pas qu’il y a une theorie du complot, ce que je decris s’appelle juste la guerre economique.
    Autre point : relation entre le prix du gaz et celui du petrole : le prix du gaz naturel est indexé sur celui du pétrole. Cela s’explique par le lien étroit entre les deux énergies, gaz naturel et pétrole. Ces énergies sont souvent extraites simultanément des mêmes gisements ou de zones de production identiques et sont en concurrence pour leurs usages (extrait du site http://www.gazdefrance.fr).
    Concernant l’or, je souscrit totalement à l’idée que c’est un placement roi en ce moment. Si toute les devises baissent, l’or augmentera. Notament car en cas de baisse generalisée de tout, les plus forts imposeront leur etalon, or les USA ont laplus grosse reserve d’or du monde. Fort heureusement, la France a la 4ieme reserve du monde : 5000 tonnes d’or dorment dans les coffres de la banque de France.
    Ce post est un peu décousu, je m’en excuse mais je n’ai pas le temps d’écrire un document sur le sujet.
    /A

  16. Marie 19 octobre 2007 à 12:58

    Merci pour vos commentaires.
    J’avais eu juste le temps de finir cet article avant de filer à l’hosto.
    Vos réactions sont tellement intéressantes, que je vais y revenir calment dans la journée et/ou ce week-end.

  17. Im-Ho 16 février 2008 à 19:58

    La Chine possède moins de 14% des réserves mondiales de charbon, en 3e position après les USA qui ont 28% et la Russie avec 18% (chiffres de 2005).
    Mais les réserves mondiales, qui étaient de 227 ans en 1999 sont devenues 144 ans en 2005, six ans plus tard. Curieux, mais officiel.
    Voir ici : Brusque fin du charbon en 2075 ou 2048 ?
    Les réserves réelles sont sans doute plus faibles encore. Avec l’évolution actuelle, le charbon risque d’avoir disparu dans 40 ans et seulement dans 20 ans en Chine.
    Le mur se rapproche, car ce n’est pas mieux pour le reste, y compris l’uranium.