Le Blog Finance

Patrick Ouart, conseiller de Sarkozy, ancien de Suez plaide sa défense

Electra_suez_belgaAprès Thierry Gaubert, c’est désormais Patrick Ouart, proche de Nicolas Sarkozy et nommé jeudi conseiller du Président pour les affaires judiciaires, qui se défend sur sa mise en examen.

"On n’aurait pas parlé de cette affaire si je n’avais pas été nommé à l’Elysée. C’est une affaire dans laquelle il n’y a pas de plainte, pas de victime, pas de préjudice et où j’interviens dans le cadre strict des fonctions que j’occupais alors en qualité de secrétaire général de Suez ", a-t-il déclaré sur France info.

Patrick Ouart souhaite ainsi relativiser sa mise en examen depuis 2006 en Belgique dans le cadre d’une affaire d’intrusion informatique. Il tient par ailleurs à rappeler que selon la loi française et els éléments actuels contenus dans le dossier , il bénéficie de la présomption d’innocence.

L’hebdomadaire Capital a annoncé vendredi sur son site internet que Patrick Ouart, mis en examen depuis 2006, devait être jugé dans les mois qui viennent par le tribunal correctionnel de Bruxelles.

L’affaire remonte à 2004, alors que Patrick Ouart, ex-conseiller d’Edouard Balladur à Matignon, occupait le poste de secrétaire général du groupe Suez, explique Capital.

Le dossier concerne une présumée tentative d’espionnage industriel menée en février 2004 par le groupe français Suez sur sa filiale belge à 51% Electrabel. Les relations étaient alors tendues entre Suez et Electrabel, qui contribuait alors largement aux bénéfices de Suez. Suez affichait alors de très mauvais résultats et craignait une offre hostile du groupe espagnol Iberdrola. Suez a pris, à l’automne 2005, le contrôle total d’Electrabel.

En 2005, le groupe français est accusé d’« accès non autorisé à un système informatique et (de) tentative d

Partager cet article

Article de

5 commentaires

  1. Elisabeth 19 mai 2007 à 19:59

    Sur veolia et le gouvernement
    http://www.bakchich.info/article1155.html
    alors que Mestrallet est pro PS
    la bourse va devoir rentrer ses “données” dans ses graphiques

  2. Elisabeth 19 mai 2007 à 20:05

    ce qui devient interessant c’est que Sarkozy est “tiraille” entre Bouygues et Bolloré
    il va devoir choir entre Suez et veolia … etc, etc

  3. Elisabeth 20 mai 2007 à 22:01

    ca en devient presque “mignon” …
    ——————————–
    Alain Juppé pense qu’aucune charge n’est retenue contre lui
    Reuters 20.05.07 | 20h34
    PARIS (Reuters) – Alain Juppé s’est déclaré à la disposition de la justice, tout en pensant qu’aucune charge n’était retenue contre lui dans l’affaire des chargés de mission de la ville de Paris, pour laquelle il a récemment été entendu comme témoin.
    “Je suis un citoyen comme les autres. Lorsqu’on entend quelqu’un comme témoin c’est parce qu’a priori il n’y a pas de charge contre lui. J’ai fait mon devoir”, a dit le nouveau ministre d’Etat chargé de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durables au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.
    Alain Juppé a été entendu comme témoin mardi par la police financière dans le cadre d’une enquête portant sur des emplois présumés fictifs au cabinet de Jacques Chirac, à la mairie de Paris, dans les années 1980 et 1990, ont dit ses proches mercredi.
    Il était interrogé en qualité d’ancien adjoint aux Finances de Jacques Chirac à la mairie de Paris (1983-1995) sur commission rogatoire de la juge d’instruction de Paris Xavière Simeoni.
    Le dossier de la juge Simeoni, instruit depuis 1998, vise une quarantaine d’emplois présumés fictifs accordés à des personnalités RPR ou à leurs proches, au sein même du cabinet de Jacques Chirac à la mairie de Paris.
    Cette affaire est susceptible de conduire à une audition de l’ancien président Jacques Chirac à partir du 16 juin, quand il perdra définitivement l’immunité pénale dont il a bénéficié durant ses douze années à l’Elysée.
    “Le président a un statut quand il est président de la République. Quand il n’est plus président de la République, il est un citoyen comme les autres”, a dit Alain Juppé au cours de cette même émission.
    Prié de dire s’il trouvait normal que les juges auditionnent également Jacques Chirac, il a répondu: “Je pense que c’est l’application des textes et de la loi.”
    Alain Juppé a été condamné en décembre 2004 à 14 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité pour “prise illégale d’intérêt” dans une autre affaire concernant la rémunération frauduleuse de cadres du RPR par la mairie de Paris.

  4. official site 7 février 2019 à 22:20

    I just want to say I’m beginner to weblog and seriously enjoyed this page. Most likely I’m want to bookmark your site . You amazingly come with fantastic articles and reviews. Regards for sharing your web-site.

  5. Tractor Workshop Manuals 19 février 2019 à 16:16

    Do you have a spam issue on this blog; I also am a blogger, and I was curious about your situation; many of us have developed some nice practices and we are looking to trade solutions with others, be sure to shoot me an email if interested.