Le Blog Finance

La douloureuse expérience japonaise (1)

henri baltzer Immobilier 2 commentaires

Csf1039vr Alors que nos marchés ont l’air surévalués, il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme, et d’écouter les avertissements des économistes.

Il faut recueillir des témoignages, concrets, et se rappeler comment le débandade immobilière japonaise a freiné l’économie du pays du soleil levant. Globalement, l’immobilier y a perdu plus de la moitié de sa valeur, et ont peut – on DOIT ! – en tirer 3 leçons principales.

1. On doit refuser de laisser s’installer dans les mentalités l’assertion que les prix du m² ne baisseront jamais, voire qu’ils monteront toujours. Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel.

Cette vision, trop optimiste pour être réaliste, pousse au surendettement, c’est-à-dire à l’acquisition conclue dans l’euphorie au delà de ses capacités financières. Ne pas nier l’ampleur de la bulle, ne pas cultiver avec entêtement l’aveuglement face à la spéculation, et prétendre qu’elle n’existe pas, voici la leçon de sagesse japonaise.

2. Pour le successeur de Greenspan à la tête de la FED, Ben S. Bernanke, l’immobilisme de la Banque Centrale Japonaise durant les années qui ont précédé le krach, doit servir d’anti-modèle.

3. Il faut tout mettre en place pour faire atterrir le marché en douceur, favoriser le "soft landing", car un krach, ou un "hard landing", constitue un choc pour l’économie. Le Japon en est la preuve vivante.

Comme nous l’avions décrit dans notre rubrique, notre gouvernement a déjà envoyé quelques signaux, en faisant marche arrière dans le relèvement du plafond de ressources pour bénéficier du prêt à taux zéro ou en supprimant la mesure Sarkozy qui favorisait les donations.

Sans oublier l’arme monétaire de la BCE. On a bien voulu l’utiliser finalement, et on "consent" à la ressortir encore dès l’arrivée des premières hirondelles, malgré le tollé général. Mais ces marches arrières bien timides, interviennent-elles à temps ?

Partager cet article

Article de

2 commentaires

  1. Gouvernement j 26 décembre 2005 à 15:01

    Le gouvernement japonais décrète la rigueur.
    Les dépenses publiques baisseront de 3% l’an prochain.
    http://www.lefigaro.fr/eco-monde/20051226.FIG0081.html?145118

  2. jmdesp 8 janvier 2006 à 03:29

    Ne pas nier l’ampleur de la bulle, ne pas cultiver avec entêtement l’aveuglement face à la spéculation, et prétendre qu’elle n’existe pas ?
    Hélas, beaucoup, beaucoup, trop tard. C’est en 2003 qu’il fallait comprendre cela, tout freiner au lieu d’attiser la bulle avec le pret a taux zero. Aujourd’hui le crack nous sommes dedans. Nous n’echapperons pas au consequences.