Le Blog Finance

Le secteur gazier bolivien remis en cause

Elmgaz_3_400_17682_1 Le futur président bolivien Evo Morales a annoncé lundi que son gouvernement n’allait ni exproprier ni confisquer les concessions pétrolières aux mains de 26 compagnies étrangères opérant en Bolivie dont Total fait partie, ainsi que Petrobras (Brésil), Repsol (Espagne), British Gaz (Royaume-Uni), ExxonMobil (Etats-Unis), PLuspetrol (Argentine).

Faisant l’objet d’une diplomatie pétrolière et gazière accrue, compte-tenu des prix élevés du gaz, la Bolivie détient la seconde réserve de gaz d’Amérique du sud (1.375 milliards de mètres cubes) après le Vénézuela. En mai 2005, le pays avait promulgué une nouvelle loi sur les hydrocarbures dont le but était de revoir à la hausse les taxes et les royalties que les multinationales payent à l

Partager cet article

Article de

9 commentaires

  1. elisa 20 décembre 2005 à 10:17

    Selon Merrill Lynch, la Bolivie représente pour le pétrolier espagnol 3% du capital investit (n

  2. elisa 20 décembre 2005 à 15:13

    A lire également sur RISAL
    Bolivie : la seconde bataille pour la nationalisation du gaz
    http://risal.collectifs.net/article.php3?id_article=1480

  3. SUEZ 20 décembre 2005 à 15:15

    Impact egalement pour SUEZ dès janvier 2005
    Le 13 janvier 2005, après 3 jours de mobilisation des habitants de El Alto, le président bolivien a émis un décret par lequel il met fin à la concession de 30 ans accordée à la transnationale Suez des Eaux. Il s

  4. REVISION Ts contrats !! 21 décembre 2005 à 15:17

    Bolivie: Morales annonce une révision de tous les contrats sur les hydrocarbures
    mercredi 21 décembre 2005, 11h04
    MADRID (AFP) – Le président élu de Bolivie, Evo Morales, a annoncé une révision de tous les contrats d’exploitation d’hydrocarbures passés avec les multinationales, dans des entretiens aux quotidiens espagnols parus mercredi.
    “Les contrats sont illégaux et anticonstitutionnels, il y a des clauses qui leur octroient un droit de propriété à la sortie des puits. Il faut les réviser car ils sont nuls en droit”, a déclaré le dirigeant socialiste bolivien au quotidien El Pais.
    “Les hydrocarbures appartiennent à l’Etat” et les compagnies “peuvent être partenaires mais non propriétaires”, a également indiqué M. Morales au journal libéral El Mundo.
    “En outre, les contrats ont été signés lorsque le baril de brut coûtait 18 ou 19 dollars (US), alors qu’il est aujourd’hui à plus de 60 dollars. Tous les contrats seront révisés et les multinationales doivent le comprendre. La Bolivie doit profiter de ses ressources gazières qui seront la base de la nouvelle croissance économique du pays”, ajoute M. Morales.
    Le président bolivien assure toutefois que les compagnies pétrolières pourront continuer à travailler en Bolivie. “Notre gouvernement leur garantira leur retour sur investissements et leurs bénéfices, mais dans un cadre équilibré, pas comme maintenant où elles reversent seulement 18% de royalties à l’Etat”, déclare-t-il.
    Evo Morales a précisé au quotidien conservateur ABC qu’à son initiative, “l’Etat bolivien contrôlera la propriété (des gisements) et 50% de la production”.

  5. IMPACT sur TOTAL / Elisa 7 janvier 2006 à 20:03

    Chirac exprime à Morales sa préoccupation pour les investissements étrangers
    —————————————————
    PARIS, 7 jan 2006 (AFP)
    Le président français Jacques CHIRAC a assuré samedi le président élu BOLIVIEN Evo Morales du soutien de la France mais a aussi rappelé SON SOUCI que les INTERETS ECONOMIQUES français soient préservés en Bolivie par le nouveau gouvernement de gauche.
    M. Morales a été reçu pendant 45 minutes par le président français au palais de l’Elysée, dans le cadre de la tournée internationale qu’il effectue avant de prendre officiellement ses fonctions le 22 janvier.
    Aux côtés de 25 compagnies gazières et pétrolières multinationales, le groupe pétrolier français TOTAL est présent dans cette nation andine qui détient les secondes réserves de gaz naturel du sous-continent, derrière le Venezuela.
    M. Chirac a rappelé à M. Morales qu’il “il était important de veiller pour les investisseurs étrangers à la sécurité du cadre juridique”, a rapporté l’Elysée.
    Selon une source diplomatique, le président élu bolivien a soulevé le cas de TOTAL, en exprimant le souhait que le groupe français CONTINUE à INVESTIR en Bolivie.
    Evo Morales a déclaré à la presse qu’il remerciait M. Chirac pour son “soutien et sa solidarité” afin de “trouver les solutions aux graves problèmes sociaux” que connaît la Bolivie, et “en particulier les peuples indigènes”.
    Cet ancien syndicaliste s’est félicité du “RESPECT” que le président français a montré selon lui “pour la véritable révolution démocratique et culturelle que nous voulons mener dans notre pays”.
    “Je ne me sens plus seul aujourd’hui, je sens que j’ai un soutien international”, a déclaré Evo Morales dont les relations avec les Etats-Unis s’annoncent très tendues. “Je suis ravi de cette relation privilégiée avec l’Europe, nous sommes des peuples proches, nous sommes des peuples frères”, a-t-il ajouté.
    Il s’est déjà rendu à Cuba, au Venezuela, en Espagne et aux Pays-Bas. après Paris et doit poursuivre sa tournée en Chine, en Afrique du sud et au Brésil.
    De son côté, M. Chirac s’est dit “très heureux de voir le premier représentant de la nation indienne prendre la responsabilité de président de la Bolivie”, selon l’Elysée.
    “Je souhaite qu’il y ait entre la Bolivie et la France une relation forte et fraternelle. Vous pouvez compter sur une vraie COOPERATION DE LA FRANCE”, a ajouté le chef de l’Etat.
    Il a indiqué qu’un membre du gouvernement se rendrait à la Paz pour l’investiture de M. Morales.
    Enfin le président Chirac a souhaité développer la coopération bilatérale, assez faible, qui s’appuie essentiellement sur un contrat de désendettement-développement de 20 millions d’euros concentré sur la santé.

  6. IMPACT sur TOTAL / Elisa 7 janvier 2006 à 20:04

    Chirac exprime à Morales sa préoccupation pour les investissements étrangers
    —————————————————
    PARIS, 7 jan 2006 (AFP)
    Le président français Jacques CHIRAC a assuré samedi le président élu BOLIVIEN Evo Morales du soutien de la France mais a aussi rappelé SON SOUCI que les INTERETS ECONOMIQUES français soient préservés en Bolivie par le nouveau gouvernement de gauche.
    M. Morales a été reçu pendant 45 minutes par le président français au palais de l’Elysée, dans le cadre de la tournée internationale qu’il effectue avant de prendre officiellement ses fonctions le 22 janvier.
    Aux côtés de 25 compagnies gazières et pétrolières multinationales, le groupe pétrolier français TOTAL est présent dans cette nation andine qui détient les secondes réserves de gaz naturel du sous-continent, derrière le Venezuela.
    M. Chirac a rappelé à M. Morales qu’il “il était important de veiller pour les investisseurs étrangers à la sécurité du cadre juridique”, a rapporté l’Elysée.
    Selon une source diplomatique, le président élu bolivien a soulevé le cas de TOTAL, en exprimant le souhait que le groupe français CONTINUE à INVESTIR en Bolivie.
    Evo Morales a déclaré à la presse qu’il remerciait M. Chirac pour son “soutien et sa solidarité” afin de “trouver les solutions aux graves problèmes sociaux” que connaît la Bolivie, et “en particulier les peuples indigènes”.
    Cet ancien syndicaliste s’est félicité du “RESPECT” que le président français a montré selon lui “pour la véritable révolution démocratique et culturelle que nous voulons mener dans notre pays”.
    “Je ne me sens plus seul aujourd’hui, je sens que j’ai un soutien international”, a déclaré Evo Morales dont les relations avec les Etats-Unis s’annoncent très tendues. “Je suis ravi de cette relation privilégiée avec l’Europe, nous sommes des peuples proches, nous sommes des peuples frères”, a-t-il ajouté.
    Il s’est déjà rendu à Cuba, au Venezuela, en Espagne et aux Pays-Bas. après Paris et doit poursuivre sa tournée en Chine, en Afrique du sud et au Brésil.
    De son côté, M. Chirac s’est dit “très heureux de voir le premier représentant de la nation indienne prendre la responsabilité de président de la Bolivie”, selon l’Elysée.
    “Je souhaite qu’il y ait entre la Bolivie et la France une relation forte et fraternelle. Vous pouvez compter sur une vraie COOPERATION DE LA FRANCE”, a ajouté le chef de l’Etat.
    Il a indiqué qu’un membre du gouvernement se rendrait à la Paz pour l’investiture de M. Morales.
    Enfin le président Chirac a souhaité développer la coopération bilatérale, assez faible, qui s’appuie essentiellement sur un contrat de désendettement-développement de 20 millions d’euros concentré sur la santé.

  7. elisabeth 7 janvier 2006 à 22:49

    Je fais le point demain sur TOTAL BOLIVIE

  8. LAI 15 mars 2006 à 17:44

    A la recherche d’emploi j’ose vous apporté mon Curriculum Vaete
    Francis Gonlègbé LAI
    28 ans (né le 06 Juin 1977), Ivoirien Célibataire sans enfant
    06 BP 368 Abidjan 06 (RCI)
    (225) 07 60 64 13 // gonlegbelai@yahoo.fr
    FORMATION
    2004-2005 : Diplôme Supérieur de Spécialité (DSS) option Génie Logiciel au Groupe PIGIER Abidjan
    Avril 2005 : Brevet de Technicien Supérieur (BTS) option Informatique de Gestion à l

  9. Elisabeth 15 mars 2006 à 18:10

    Bonjour , bien qu’etant une dame , je vous réponds ;) : vous recherchez du travail en France ou en Cote d’Ivoire ?
    Difficle de trouver du travail en informatique à Abidjan ?